1. D'un bac pro mécanique auto à Polytechnique : il l'a fait
Portrait

D'un bac pro mécanique auto à Polytechnique : il l'a fait

Envoyer cet article à un ami
Prépa TSI – Polytechnique – // © Photo fournie par le témoin
Prépa TSI – Polytechnique – // © Photo fournie par le témoin

Intégrer X avec un bac professionnel mécanique automobile, c'est la prouesse accomplie par Pierre Dumoulin, étudiant de 21 ans passé par la prépa TSI du lycée Henri-Parriat (71), dédiée aux bacheliers professionnels. Rencontre avec l'heureux élu, à la veille de sa rentrée dans la prestigieuse école d'ingénieurs.

Si on avait dit au collégien Pierre Dumoulin qu'il rejoindrait un jour le rang des polytechniciens, il ne l'aurait probablement pas cru. À l'époque, ses notes sont plutôt bonnes, mais il est loin d'être un gros travailleur. "Je n'ai jamais vraiment aimé l'école", admet-il. À la recherche de concret, le jeune homme s'inscrit en bac pro mécanique automobile. "J'avais envie de bricoler des voitures, d'apprendre comment elles fonctionnent."

Des facilités en sciences

Les années de mécanique plaisent à Pierre, mais il s'ennuie ferme en mathématiques et physique : "Je comprenais plus vite que les autres." Pour la suite, il se projette en BTS jusqu'à ce qu'il découvre l'existence de la prépa TSI du lycée Henri-Parriat, ouverte exclusivement aux bacheliers professionnels. "Je suis tombé sur une brochure au lycée, et le principe m'a tout de suite intéressé, même si certains de mes profs me disaient que je n'allais pas réussir car je ne travaillais pas assez..."

Une prépa en trois ans

La principale originalité de la prépa de Montceau-les-Mines (71) est d'être organisée sur trois années, au lieu de deux. La première consiste à amener les élèves à atteindre un bon niveau de bac STI2D, voire de bac S. "J'en avais moins besoin que les autres, je suivais les cours sans aller à l'étude le soir, ça suffisait", relate l'étudiant originaire de Saint-Étienne.

Le lycée Parriat misant sur la différenciation, il y a plusieurs sujets, pour les devoirs, en fonction de niveau de l'élève. Avec ses facilités, le Stéphanois bénéficie même de son "sujet perso". Mais ce qu'il apprécie en particulier, c'est le fait d'avoir deux enseignants par matière. Un pour le cours théorique, l'autre pour le TD. "Si on n'a pas compris une notion, le deuxième prof la réexplique avec une méthode différente, c'est vraiment intéressant."

Objectif Centrale Paris ou Polytechnique

À l'approche des concours, les enseignants de Pierre croient en ses chances d'être reçu à la prestigieuse École polytechnique. Lui n'est pas si confiant : "Je visais plutôt Centrale Paris qui prenait 10 candidats de prépa TSI, contre deux pour Polytechnique. C'était un objectif élevé, mais réalisable."

Si le jeune homme a accompli un exploit en décrochant une place à Polytechnique, il a cependant la victoire modeste. "On me l'a proposé donc je l'ai prise, c'est la meilleure !", lance-t-il. Quand on lui demande s'il regrette de ne pas avoir suivi la voie scientifique au lycée, il sourit : "Je me suis déjà posé la question : je n'ai aucun regret. Je n'aurais pas connu les mêmes personnes, et j'avais plus de chances de réussir en prépa TSI." À bon entendeur.


Les autres prépas qui accueillent des bacheliers professionnels
Prépa TSI
- Institut Emmanuel-d'Alzon à Nîmes (30). 
Prépa commerciale option technologique : 
- Lycée René-Cassin à Strasbourg (67). (Re)lire le reportage "Prépa pour les bacs pro : vers une grande école de la deuxième chance". La prépa a permis à une bachelière professionnelle d'intégrer Audencia Nantes à la rentrée 2014. 
- Lycée Jean-Perrin à Marseille (13). 



La sélection au lycée Parriat
La prépa TSDI du lycée Parriat reçoit une centaine de candidatures chaque année. Plus que les notes, l'équipe pédagogique regarde avant tout les commentaires sur les bulletins, et sélectionne ainsi près de 30 élèves.
Une nouvelle sélection est réalisée en fin de la première année, à l'issue de laquelle les élèves en difficulté sont réorientés vers un BTS ou un DUT, où leurs chances de réussite sont largement renforcées grâce à l'année de mise à niveau.