Journées du patrimoine : en immersion avec des lycéens pro au Palais d’Iéna

Par Florian Dacheux, publié le 16 Septembre 2022
6 min

À la veille des Journées européennes du patrimoine, des lycéens professionnels ont participé à une découverte architecturale du Palais d’Iéna à Paris. Reportage au cœur d’une visite basée sur la citoyenneté... et le secteur du béton !

C’est place d’Iéna, non loin du Trocadéro et de la tour Eiffel, qu’une trentaine de lycéens se sont retrouvés ce vendredi 16 septembre dans le cadre de l’opération "Les Enfants du Patrimoine". Alors que les Journées européennes du patrimoine sont dédiées ce week-end à la thématique du patrimoine durable, ces derniers avaient rendez-vous au Palais d’Iéna, l’un des plus beaux chefs-d’œuvres de l’architecte Auguste Perret.

"Des airs de Gotham City"

Accueillis par Manon Legros, guide conférencière, les élèves de première MCV (métiers du commerce et de la vente) du lycée professionnel Corbon dans le XVe arrondissement n’ont pas caché leur surprise face à la beauté des lieux, conçus à l’origine en 1939 pour abriter un musée des travaux publics. "C’est magnifique, s’exclame d’entrée Ema. J’étais déjà passée devant mais je ne m’attendais vraiment pas à ces grandes salles, à toutes ces fresques et ces sculptures."

De la salle hypostyle et ses 20 colonnes tronconiques à l’hémicycle en passant par l’escalier monumental, il faut dire que ce chef-d’œuvre résume toutes les innovations techniques d’Auguste Perret. Surnommé "le bijoutier du béton", il est connu pour avoir redessiné avec brio le centre-ville du Havre. "Des œuvres qui donnent des airs de Gotham City", ose la conférencière pour captiver les jeunes.

Le Palais d'Iéna à Paris.
Le Palais d'Iéna à Paris. // © Florian Dacheux

Le CESE, une institution méconnue

Au-delà de son décor majestueux, le Palais d’Iéna abrite depuis 1959 le CESE (Conseil économique social et environnemental, troisième assemblée constitutionnelle de la République). À quoi sert-il ? Comment fonctionne-t-il ? Tel était l’enjeu de la rencontre autour de cette institution encore méconnue du grand public.

En résumé, il s’agit d’une assemblée de 175 membres au pouvoir consultatif, contrairement à l’Assemblée nationale et au Sénat, qui ont un pouvoir législatif. Son rôle est de conseiller le gouvernement, les députés et les sénateurs avant de prendre leurs décisions. Alors qu’il intègre la participation de la société civile dans le cadre de consultations de citoyens tirés au sort, il peut dorénavant être saisi par voie de pétition plus facilement (150.000 signatures électroniques et ouvert aux jeunes dès 16 ans).

Les lycéens ont pu découvrir l'escalier monumental, chef-d'oeuvre d'Auguste Perret.
Les lycéens ont pu découvrir l'escalier monumental, chef-d'oeuvre d'Auguste Perret. // © Florian Dacheux

Illustration de l'éducation morale et civique

"Je ne connaissais pas cette institution, avoue Barak. C’est très intéressant, pour l’aspect démocratique, de donner la possibilité à des citoyens de s’exprimer." Au tour d’Isabelle Oster, professeur documentaliste, de rebondir : "Nous sommes ravis car c’est exactement ce qu’on voulait pour illustrer l’éducation morale et civique, ainsi que la dimension juridique".

Les élèves ont notamment appris que le CESE s’est récemment penché sur le taux d'abstention record aux élections régionales et départementales de juin 2021, en particulier chez les 18–24 ans. Pour y remédier, il préconise d'ouvrir le droit de vote dès 16 ans, en l'accompagnant par une formation au vote dès le plus jeune âge. Une proposition propice aux débats. "Totalement pour. Il faut qu’on prenne en compte notre avis", témoignent de concert Meria et Ahwa. "Je suis plutôt contre car on ne peut pas voter comme cela au feeling sans expérience", estime pour sa part Ema.

Les élèves de première MCV du lycée professionnel Corbon devant le Palais d'Iéna.
Les élèves de première MCV du lycée professionnel Corbon devant le Palais d'Iéna. // © Florian Dacheux

Des idées de stages

Cette visite n’aurait pas été totalement complète sans la présence du SNBPE (syndicat national du béton prêt à l’emploi). Présents pour illustrer à partir de diaporamas les atouts du béton, ses représentants ont cité tour à tour le pont du château de Chazelet dans l'Indre, premier pont en béton armé au monde construit en 1875, mais aussi la Halle Freyssinet, ex-bâtiment ferroviaire qui abrite aujourd’hui le campus de la Station F, ou encore le Mucem de Marseille, ce musée drapé d’une résille en béton.

C’était aussi l’occasion d’en savoir davantage sur la capacité de l’industrie du béton à répondre aux objectifs en termes de développement durable. Encore novices sur ces sujets, les lycéens présents ont pu reconnaître les travaux en cours du Grand Paris Express, avant de découvrir les multiples solutions de cette filière pour décarboner ses productions et développer le recyclage. Des mats des éoliennes aux bassins de stockage d’eaux pluviales, le béton peut en effet concourir à un aménagement durable des territoires.

"C’est top car cela peut aussi donner de nouvelles pistes de stage sur des postes de commerciaux", observent Maud Vanneuville et Lydia Lassouani, enseignantes en éco-gestion. "Ce n’est pas forcément un secteur dans lequel on se voit travailler mais ça reste intéressant", admettent Meria et Ahwa, qui se verraient plutôt évoluer dans le marketing ou l’immobilier. Alors qu’une classe de troisième UPE2A (unité pédagogique pour élèves allophones nouvellement arrivés) a pris la suite de la visite, de nombreuses animations seront à découvrir tout au long du week-end.

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une lycée pro

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !