1. Classement des lycées pro 2019 : pourquoi réussit-on mieux dans certaines spécialités ?
Décryptage

Classement des lycées pro 2019 : pourquoi réussit-on mieux dans certaines spécialités ?

Envoyer cet article à un ami
La spécialité aéronautique a un taux de réussite au bac très élevé // © Lydie Lecarpentier/REA
La spécialité aéronautique a un taux de réussite au bac très élevé // © Lydie Lecarpentier/REA

Les lycées professionnels qui proposent certaines filières, comme "service aux personnes", sont globalement mieux classés au palmarès 2019 de l'Etudiant que ceux offrant des spécialités dans le domaine du génie civil, de la construction et du bois. Pourquoi de telles différences ? Nos éléments de réponses.

Environ 30 points d'écart. C'est ce qui sépare, pour la session 2018 du baccalauréat professionnel, les taux de réussite des spécialités aéronautique options avionique et système (respectivement 95,1 % et 94,1 %) et maintenance des matériels, option parcs et jardins (64,2 %).

Plus globalement, dans le classement des lycées pro 2019 de l'Etudiant, la filière service aux personnes est légèrement surreprésentée dans les 500 lycées du haut de tableau, compte tenu du nombre d’établissements la proposant quand la filière génie civil, construction et bois est, au contraire, sous-représentée.

Lire aussi : Le palmarès 2019 des lycéens professionnels

Avant d'opter pour votre spécialité de bac pro, dans le cas où vous ne seriez pas sûr de votre choix, comprendre pourquoi de telles différences existent peut s'avérer utile. Pourquoi des spécialités telles que boulanger-pâtissier, lunetterie, esthétique-cosmétique-parfumerie ou encore accompagnement soins et services à la personne en structure affichent tous plus de 90 % de réussite au bac, quand productique mécanique option décolletage ou ouvrages du bâtiment (aluminium, verre et matériaux de synthèse) ne dépassent pas les 72 % ?

Des spécialités plus ou moins sélectives

Toutes les spécialités de bac professionnel n'accueillent pas tous les élèves qui le souhaitent. Certaines comme sécurité et prévention au lycée Alphonse-Benoit à l’Isle-sur-la-Sorgue (84) ou marine, maintenance des équipements industriels au lycée Les Iscles à Manosque (04) sont sélectives. Et cela joue évidemment sur les taux de réussite.

En effet, si ces élèves sont retenus, cela signifie que leur dossier scolaire était conforme aux attentes de la spécialité, et qu'ils ont donc plus d'atouts pour arriver à décrocher leur bac.

Sans être sélectives par les notes, des filières sont très attractives. "Les bacs professionnels dans les sections de l’électronique ou de la restauration sont très appréciés par les élèves", exemplifie Bérénice Courtin cosecrétaire général au SNUEP-FSU, syndicat d’enseignants de lycées professionnels. Or, les élèves qui demandent ces spécialités sélectives au "taux de pression" fort, sont généralement motivés par la spécialité, ce qui donne plus de chances de réussir.

Lire aussi : Lycées pro : filière par filière, la carte de la réussite au bac

Plus difficile en cas de choix "par défaut"

De l'autre côté, il y a les spécialités moins ou pas sélectives, et qui accueillent des élèves parfois moins motivés. Lorsque l’orientation est subie et que l’élève n’obtient que son troisième ou quatrième vœu, le risque de décrochage peut être élevé. "Certaines spécialités telles que gestion-administration proposent beaucoup de places et le "taux de pression" y est donc faible. Ces filières moins demandées peuvent être des choix par défaut pour des élèves qui auraient souhaité en intégrer une autre. Les lycéens pourraient alors être moins mobilisés et motivés et cela joue indéniablement sur la réussite au baccalauréat", explique Bérénice Courtin.

Lire aussi : CAP, BEP, bac pro : la nouvelle voie professionnelle est en route

Une grande partie des élèves privilégient la spécialité du lycée le plus proche de leur domicile. Or, ce n’est pas forcément la meilleure option : les lycéens pourraient être déçus du contenu des enseignements qu’ils n’auraient pas complètement choisis. "La proximité est encore un facteur déterminant dans le choix de beaucoup de jeunes", confirme Stéphane Depierre, délégué national à l’enseignement professionnel pour le SE-UNSA, un syndicat d’enseignants. "Il est important pour nous de leur faire découvrir la large palette de métiers et de spécialités proposées dans l’enseignement professionnel pour que les jeunes se fassent une idée plus précise de la réalité", complète-t-il.

Autrement dit, ne vous décidez pas en fonction du taux de réussite ou de la proximité géographique d'une spécialité. Votre réflexion doit d'abord se porter sur vos envies et votre motivation. Si vous êtes intéressé par ce que vous étudiez, et que vous avez des résultats scolaires satisfaisants, vous avez de fortes chances de réussir !