1. Palmarès des lycées professionnels 2017 : les petits lycées réussissent mieux
Bancs d’essai

Palmarès des lycées professionnels 2017 : les petits lycées réussissent mieux

Envoyer cet article à un ami
Éleves sur le site de l'Aérocampus au lycée professionnel Roger-Claustres, en Auvergne. // © Richard DAMORET/REA
Éleves sur le site de l'Aérocampus au lycée professionnel Roger-Claustres, en Auvergne. // © Richard DAMORET/REA

L'Etudiant a évalué les performances de tous les établissements de France à partir des résultats du bac professionnel 2016, rendus publics mercredi 22 mars. En tenant compte du taux de réussite au bac, bien sûr, mais aussi de la capacité des lycées à faire progresser les élèves et à les accompagner jusqu'à l'examen. 2.023 établissements accueillant plus de 160.000 candidats au bac pro ont été passés au crible.

80 : c'est, en moyenne, le nombre d'élèves que chaque établissement français présente par an au bac pro. Sauf que dans les meilleurs lycées professionnels, les élèves sont beaucoup moins nombreux : les vingt premiers de notre classement 2017 ont amené entre 12 et 69 élèves au bac, pas plus. L'établissement victorieux cette année est d'ailleurs un tout petit lycée : 23 candidats au bac pro en 2016, et dans la seule série Mécanique, électricité, électronique. Le lycée Condorcet est un lycée public de Schoeneck (Stiring-Wendel), commune mosellane à deux pas de Forbach et de la frontière allemande, à 5 kilomètres à peine de Sarrebrück.

Si le lycée Condorcet affiche un taux de réussite de 100 %, son excellence tient surtout à sa capacité à faire progresser ses élèves, qui viennent de milieux défavorisés. En 2016, son taux de réussite attendu au bac, calculé par les services du ministère de l'Éducation nationale, n'était que de 73 %. Avec ses 100 % de réussite effectivement atteints au bac, le lycée affiche donc une "valeur ajoutée" de +27 par rapport aux attentes, record de France en la matière.

Lire aussi : le palmarès 2017 des lycées professionnels 

Trois indicateurs, une seule note sur 20

Pour chaque établissement, notre palmarès intègre cette notion de taux de réussite attendu, calculé en tenant compte de la sociologie des parents, de l'âge des élèves et des résultats qu'ils ont obtenus au brevet. Cela permet de mesurer la capacité des établissements à faire progresser leurs élèves, ou pas... Notre classement utilise aussi un autre indicateur du ministère de l'Education nationale : le taux d'accès de la seconde au bac, que nous avons rebaptisé Indice de stabilité, car il récompense les établissements qui parviennent à faire réussir le bac à tous leurs élèves. Parce qu'il est important de ne pas juger un lycée sur ses seuls résultats bruts au bac, nous avons donné la même importance à ces trois indicateurs.

Parmi les 2.023 lycées professionnels, 80 % sont publics et 20 % privés. Avec une différence importante entre eux : quand un lycée privé présente en moyenne 63 élèves au bac chaque année, un lycée public en fait passer 86, et on sait qu'il est plus difficile de faire réussir les élèves avec des effectifs importants.

Les établissements publics accueillent aussi les élèves les plus faibles. Le taux de réussite attendu au bac était, en 2016, de 81,7 % dans le public et de 88,7 % dans le privé, un écart de sept points. Écart que l'on retrouve, renforcé, dans les résultats effectivement obtenus au bac pro 2016 : 80,6 % de réussite dans le public et 91,7 % dans le privé (et 83,4 % tous lycées confondus). Les lycées publics affichent rarement les meilleurs taux de réussite mais ils ne partent pas avec les mêmes armes que leurs confrères privés.

Lire aussi : Les atouts des lycées pros, par le n°1 du classement

Cette année, pourtant, notre classement récompense un établissement public et il n'est pas seul puisque 12 des 20 premiers sont des lycées pro publics. D'un point de vue géographique, notre Top 20 fait la part belle au département de la Moselle, où sont situés cinq lycées, dont le vainqueur, et à l'outre-mer puisqu'on y compte aussi cinq établissements (deux réunionnais, deux guadeloupéens et un martiniquais).