Réforme de l'enseignement pro : ce qui va changer pour 600.000 lycéens

Par Etienne Gless, publié le 14 Septembre 2022
5 min

Orientation plus précoce, formations révisées, périodes de stage plus longues... Au lycée professionnel Eric Tabarly des Sables-d'Olonne, Emmanuel Macron a esquissé le 13 septembre les grandes lignes de la nouvelle réforme de l’enseignement professionnel.

"Je crois dans le lycée professionnel (…) Notre devoir c’est de le rendre plus fort". En visite le 13 septembre, au lycée professionnel Eric Tabarly des Sables-d’Olonne (un lycée des métiers du nautisme, de l'industrie et de l'automobile) le chef de l’Etat a présenté les grandes lignes de la transformation de la voie professionnelle empruntée par un lycéen sur trois.

Voici ce qui pourrait vous attendre si vous rejoignez un lycée professionnel à partir de la rentrée 2023.

Lire aussi

Découverte des métiers plus tôt

"Il faut informer mieux et plus tôt les élèves et leurs familles pour qu’ils choisissent mieux leur orientation plus tard", explique Emmanuel Macron. Dès la classe de cinquième au collège, votre emploi du temps pourrait contenir des journées ou demi-journées Avenir professionnel pour vous informer sur le monde du travail : les entreprises entreront au collège pour échanger avec vous sur leurs métiers, leurs besoins de compétences, et les opportunités pour vous.

L’objectif est que l’orientation en lycée professionnel en fin de troisième soit davantage choisie : "en troisième, un collégien sur trois s'oriente dans la voie professionnelle mais c'est trop souvent sans l'avoir voulu", estime Emmanuel Macron.

Des formations mieux adaptées aux besoins du monde du travail

Certaines formations en lycée professionnel ne correspondent plus aux besoins du monde du travail et offrent peu de débouchés aux élèves. D’autres n’existent pas encore ou insuffisamment dans certains métiers en pleine croissance : métiers de la rénovation thermique, métiers de la mobilité, métiers de l’hydrogène, métiers de la chaudronnerie…

Dans les mois à venir, les cartes de formations devraient donc être révisées localement, bassin d’emploi par bassin d’emploi. "Il nous faudra assumer ensemble de fermer celles qui n’insèrent pas, et développer celles qui marchent", a prévenu le chef de l’Etat. Par ailleurs les lycéens auront davantage de cours donnés par des professeurs associés, issus du monde professionnel.

Lire aussi

Des stages en plus

La durée des périodes de stage en entreprise pourrait être augmentée de 50% dès la rentrée 2023. Actuellement les périodes de formation en milieu professionnelle durent de 12 à 16 semaines en CAP selon les spécialités. En bac professionnel elles sont de 22 semaines réparties sur trois ans.

Plus de formation professionnelle en entreprise doit permettre aux élèves de la voie professionnelle de s’insérer plus facilement : actuellement, deux ans après l'obtention de leur diplôme, 41% des titulaires d'un CAP ont un emploi, et 53% pour ceux qui ont un bac pro. "C’est un gâchis ! D’autant que les entreprises ont besoin de jeunes professionnels bien formés dans les métiers manuels et techniques."

Et des stages mieux rémunérés

"Aujourd’hui l’écart qu’il y a entre les stages que nous connaissons en lycée pro et ce que touche un apprenti n’est pas soutenable. Nous devons rémunérer ces stages de manière correcte", annonce le chef de l’Etat. Actuellement la gratification de stage est d’un montant modeste : 3,90€ de l’heure. Et encore, cette gratification n’est obligatoire que si vous effectuez un stage d’au moins 44 jours. En deçà, l’employeur n’est pas tenu de vous indemniser.

A l’avenir vous pourriez toucher une rémunération plus importante et systématique. C’est l’Etat qui prendra en charge la rémunération des lycéens professionnels en stage et non l’employeur. "C’est une marque de respect pour les jeunes et de valorisation pour leurs familles", estime Emmanuel Macron.

Une réforme qui entrera en vigueur progressivement

Pas de soucis pour votre rentrée 2022, rien ne change fondamentalement pour l'instant ! La réforme de l'enseignement professionnel ne commencera à entrer en vigueur progressivement qu'en 2023. Pour l'instant l'heure est à la concertation, menée par les Pap Ndiaye, ministre de l'Education nationale et Carole Grandjean, ministre déléguée à l'Enseignement et la Formation professionnels.

Lire aussi

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une lycée pro

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !