Non, le participe passé d’acquérir n’est pas... acquéri !

Par Sandrine Campese du Projet Voltaire, publié le 19 Avril 2021
2 min

Ce serait si simple ! Mais comme bon nombre de participes passés, celui du verbe acquérir a une forme particulière. Une forme qui est valable pour les participes passés d’autres verbes comme conquérir et requérir. Vous l’avez ?

Restons… groupir !

Acquérir, conquérir, requérir… vous remarquerez que tous ces verbes sont dérivés de "quérir" (qui, lui, n’est employé qu’à l’infinitif).

Pourquoi a-t-on envie d’écrire et de dire "acquéri" ? Parce qu’on croit qu’acquérir est un verbe du 2e groupe dont le participe passé est régulier, c’est-à-dire formé sur le radical de l’infinitif auquel on ajoute la terminaison -i. Exemples : atterrir—> atterri, grandir –> grandi, subir—> subi. Tiens, d’ailleurs, ne serait-ce pas cet "atterri" qui nous induit en erreur ?

Or, acquérir et consorts sont des verbes du 3e groupe dont les participes passés, irréguliers, se forment de la manière suivante : acquérir—> acquis, conquérir—> conquis, requérir—> requis.

Lire aussi

Une conjugaison capricieuse

Si seulement il n’y avait que le participe passé, mais d’autres formes restent à… acquérir !

À la 3e personne du singulier de l’indicatif présent, acquérir, conquérir et requérir se conjuguent comme suit : il acquiert, elle conquiert, on requiert.

Et si, à la 3e personne du singulier du subjonctif présent, la terminaison "sonne" de la même façon, elle s’écrit différemment : qu’il acquière, qu’elle conquière, qu’on requière !

Dernière difficulté, le "r" se double au futur et au conditionnel : j’acquerrai et j’acquerrais, ce qui permet d’éviter toute confusion avec l’imparfait : j’acquérais.

Articles les plus lus

A la Une lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !