1. Classement des lycées 2019 : pour quel lycée êtes-vous fait ?
Bancs d’essai

Classement des lycées 2019 : pour quel lycée êtes-vous fait ?

Envoyer cet article à un ami
Un lycée pour les cracks, un lycée pour décrocher une mention ou un lycée pour progresser ? Où serez-vous le plus à l'aise ? // © plainpicture/Caiaimages/Chris Ryan
Un lycée pour les cracks, un lycée pour décrocher une mention ou un lycée pour progresser ? Où serez-vous le plus à l'aise ? // © plainpicture/Caiaimages/Chris Ryan

Il y a les lycées d'élite, les très bons lycées et les autres. Chacun a ses avantages et ses méthodes, et ils ne conviennent pas à tous les élèves. Alors, selon votre profil, lequel vous conviendrait le mieux ? Nos réponses.

Vous prenez connaissance du classement des lycées 2019 de l'Etudiant et votre lycée n'obtient pas un taux de réussite de 100 %, ou bien sa valeur ajoutée sur le taux de mention est peu élevée. Devez-vous pour autant essayer d'en changer ? La réponse à cette question se doit d'être nuancée, car le lycée "idéal" ne sera pas le même selon le profil de l'élève. L'Etudiant a zoomé sur trois types d'établissements correspondant à des profils d'élèves différents.

Lire aussi : Le classement 2019 des lycées

Les lycées d'élite

100 % de réussite, 100 % de mention ou presque… Ces lycées "d'élite" trustent les premières places des classements si l'on se réfère aux résultats "bruts", sans prendre en compte la "valeur ajoutée". Louis-le-Grand et Condorcet, à Paris, en font partie. Avec 100 % de réussite tous les deux, le premier atteint 93 % de mentions tandis que le second le talonne avec un taux de 92 %.

Comment parvient-on à ces chiffres vertigineux ? Souvent, les élèves de l’établissement étaient déjà excellents à leur arrivée. "C’étaient souvent de bons élèves au collège, avec des acquis solides. Nos lycéens et leurs parents attachent par ailleurs un intérêt majeur aux études", déclare Patrick Rouil, proviseur du lycée Condorcet.

Une capacité de travail maximale est aussi nécessaire pour réussir dans ces établissements. Dès lors, tous les profils d'élèves ne correspondent pas à ces lycées, qui nécessitent souvent des codes particuliers et une résistance certaine à la pression et à la concurrence.

"Il est clair que les élèves qui arrivent à Condorcet s’engagent à travailler régulièrement à la maison. Ceux qui n’auraient pas forcément le goût de l’apprentissage ou de la lecture pourraient rencontrer des difficultés chez nous", avertit Patrick Rouil.

"En tant que lycée public, nous accueillons également des populations très diverses. Nous avons mis en place des systèmes de tutorat et de parrainage entre élèves pour accompagner ceux qui pourraient être en difficulté", nuance-t-il.

Ce n’est pas forcément le cas dans d'autres établissements, privés. D'excellentes notes obtenues au collège s'avèrent un préalable obligatoire pour y entrer. Puis une fois admis, vous n'êtes pas certain d'y passer trois ans. Obtenir 100 % de mentions nécessite en effet d'effectuer un certain "écrémage".

Les lycées qui vous font briller

Ces lycées d'élite ne sont pas les seuls à faire réussir leurs élèves. D'autres établissements obtiennent d'excellents résultats. C'est le cas du lycée de garçons Merkaz-Hatorah de Gagny (93), qui occupe la première place du palmarès 2019 de l'Etudiant. Son taux de réussite est également de 100 %, mais son taux attendu était de 89 %. Son taux de mention est de 64 %, quand l'attendu n'était "que" de 40 %.

Autrement dit, ce lycée qui accueille des élèves issus de familles ne disposant pas d'un fort capital culturel ou économique, en plus de faire décrocher le bac à ses élèves, leur permet d'atteindre une mention.

Le lycée Toulouse-Lautrec de Vaucresson fait lui aussi briller ses élèves. L’établissement, qui accueille 250 élèves en handicap moteur, a pu bénéficier de certains aménagements favorables à leur réussite. "Les trois quarts des lycéens sont en fauteuils électriques et les classes ne peuvent pas en accueillir plus de 15. C’est une situation propice à l’individualisation et à la personnalisation de l’enseignement", complète-t-il.

Toulouse-Lautrec peut également s’appuyer sur les nouvelles technologies, très présentes dans l'établissement. "Beaucoup de nos élèves ne sont pas en mesure d’écrire à la main. 70 % utilisent un ordinateur. Cela a influencé notre façon de travailler et de nombreux professeurs ont recours à la pédagogie inversée : les étudiants lisent le cours avant d’aller en classe et poser des questions", détaille Lionel Petit.

Lire aussi : Un bon lycée, c'est quoi ?

Les lycées qui vous font progresser

Et puis il y a ces lycées qui ont un taux attendu de réussite au bac plus bas que la moyenne nationale, qui ne sélectionnent pas leurs élèves, qui les gardent durant tout le cycle et parviennent à obtenir des résultats très élevés.

Il en est ainsi du lycée public Lazare-de-Schwendi, d’Ingersheim (68) dont l'indice de stabilité est de 15 (qui amène donc plus d'élèves au bac que ce qui était attendu) et qui a une valeur ajoutée du taux de réussite de 10 points (93 %). Autrement dit, il accueille, fait progresser puis réussir des lycéens pour qui l'obtention du bac n'était pas acquise.

Ce lycée qui n’accueille qu’une unique filière dans la voie générale et technologique a construit depuis huit ans un parcours dédié à des élèves fragiles de troisième intégrant une série STI2D. La procédure de recrutement, particulière, ne prend pas en compte les notes, mais uniquement les commentaires de l’équipe pédagogique et la motivation de l’élève évaluée pendant un entretien.

Lire aussi : Les secrets des lycées qui vous font le plus progresser

Avec des classes d’au maximum 26 élèves, les enseignements sont aménagés. "Nous avons la chance d’avoir une équipe de professeurs volontaires et engagés. Chaque élève est suivi par un tuteur qui s’occupe de trois ou quatre jeunes", assure Corinne Spiri. "Nous cherchons aussi à impliquer les familles dans la scolarité de leur enfant en les faisant venir dans l’établissement au moins quatre fois par an", complète-t-elle.

Enfin, Lazare-de-Schwendi cherche à mener des projets culturels et éducatifs originaux pour intéresser ses élèves. "Nous les emmenons au théâtre ou encore leur faisons visiter des entreprises", raconte-t-elle. À chacun son lycée, donc !