1. Pourquoi écrit-on "Il nous a quittés" mais "Il nous a parlé" ?
Boîte à outils

Pourquoi écrit-on "Il nous a quittés" mais "Il nous a parlé" ?

Envoyer cet article à un ami
L'accord du participe passé n'aura plus de secrets pour vous. // © AdobeStock
L'accord du participe passé n'aura plus de secrets pour vous. // © AdobeStock

Nous le savons, l’accord du participe passé est la règle de grammaire la plus difficile. En tout cas, de prime abord... Dans ces deux exemples, vous ne comprenez pas pourquoi il faut accorder "quittés" et pas "parlé" ? Pas de panique, on vous explique tout !

"Il nous a quittés"

Décortiquons la phrase. "Il" est le sujet, "a quitté" est le verbe (quitter au passé composé). Si l’on s’en tenait là, il n’y aurait pas d’accord : le participe passé employé avec avoir ne s’accorde jamais. D’où "il a quitté".C’est la présence du pronom "nous" qui vient tout bouleverser ! Car ici "nous" répond à la question "qui ?" : "Il a quitté qui ?", "nous" ! "Nous" est donc complément d’objet direct (COD). Or, lorsque le participe passé est employé avec l’auxiliaire avoir mais que le COD est placé avant, le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le COD. Ici, "nous" est masculin pluriel (le masculin étant le genre retenu sans plus d’informations), d’où "quittés". Si "nous" n’avait représenté que des femmes, on aurait écrit "il nous a quittées".

Lire aussi : Testez votre orthographe avec le projet Voltaire

"Il nous a parlé"

De nouveau, décortiquons la phrase. "Il" est le sujet, "a parlé" est le verbe (parler au passé composé). Si l’on s’en tenait là, il n’y aurait pas d’accord : le participe passé employé avec avoir ne s’accorde jamais. D’où "il a parlé". À présent, intéressons-nous au pronom "nous". Dans le cas précédent, nous avons vu qu’il modifiait l’accord car il était COD (question "qui ?"). Quelle est sa fonction ici ? On pose la question "il a parlé à qui ?", "à nous" ! "Nous" est complément d’objet indirect (COI). Par conséquent, le participe passé parlé reste invariable.

Un billet de Sandrine Campese, auteure pour le blog du Projet Voltaire, et formatrice en orthographe. Pour ne plus faire de fautes, entraînez-vous avec le Projet Voltaire, n°1 de la formation en orthographe avec plus de 5 millions d’utilisateurs (écoles, entreprises, particuliers).