1. Pourquoi les jeunes Français sont-ils fâchés avec les maths ?
Décryptage

Pourquoi les jeunes Français sont-ils fâchés avec les maths ?

Envoyer cet article à un ami
Les enquêtes internationales le prouvent : les collégiens et lycéens français boudent les maths. // © iStockphoto
Les enquêtes internationales le prouvent : les collégiens et lycéens français boudent les maths. // © iStockphoto

Le niveau en maths des élèves de terminale S français baisse... C'est ce qui ressort de l'enquête internationale "TIMSS" 2015, publiée le 29 novembre 2016. Pourquoi un tel désamour ? Lourdeur des programmes, méthodes pédagogiques jugées arides, manque de confiance en soi... Telles sont quelques-unes des explications avancées.

Peut mieux faire... Selon l'enquête TIMSS (Trends in International Mathematics and Science Study) 2015 qui mesure les performances des élèves en mathématiques et en sciences dans une dizaine de pays, le niveau scolaire des Français en terminale S est globalement en baisse. En 20 ans (1995-2015), la France est passée de la position de leader de ce top 9 à la troisième place (derrière les États-Unis et la Russie) en perdant le plus grand nombre de points au score en maths. La géométrie reste le champ le moins maîtrisé, comparé à l'analyse et l'algèbre où les élèves de TS français brillent plus.    

Cette enquête menée en 2015 mais publiée le 29 novembre 2016 vient conforter l'étude PISA de 2012, qui mesurait les performances en maths des collégiens de 15 ans dans 65 pays. On attend le 6 décembre 2016 la nouvelle édition portant sur les sciences...

Lire aussi : Des lycéens français champions du monde de maths !

Des connaissances mais des difficultés d’analyse

Selon Franck Salles, professeur de mathématiques et chargé d’études sur l’évaluation à la DEPP (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance) au ministère de l’Éducation nationale, si les jeunes Français ne sont pas bons en maths, c’est la faute aux programmes scolaires, qui mettent davantage l’accent sur les connaissances que sur les compétences. Les élèves ont les savoirs mais ne savent pas s’en servir. “Les piètres performances de nos élèves s’expliquent par des difficultés à raisonner, à élaborer une stratégie et des étapes intermédiaires”, déplore l’enseignant.

À cela s’ajoutent des problèmes d’organisation, d’après Clément Amzallag, professeur de maths et fondateur du site Mathsenvidéo. À l’écouter, de nombreux élèves éprouveraient des difficultés à tenir un cahier à jour et à apporter en cours du matériel approprié. “Il est très rare que les élèves qui manquent un cours le rattrapent. Or, dans une matière comme les mathématiques, les lacunes d'aujourd'hui enfantent les difficultés d'apprentissage de demain.”

Test : Bon ou nul en calcul ? c'est le moment de le savoir.

Les maths font peur

Si les élèves français ont tant de mal avec les maths, c’est aussi parce cette matière les intimide. Ainsi, dans le classement PISA de 2012, la France figure parmi les pays où les jeunes ont le moins confiance en leurs capacités en maths, juste avant le Japon, la Corée et Macao. Seul un élève sur deux pense qu’il apprend vite en mathématiques et qu’il a de bonnes notes dans cette matière.

Conséquence : “Les élèves français s’engagent plus difficilement que leurs camarades des autres pays dans des tâches complexes nécessitant une prise de risque, de l’initiative, un pas ou deux vers l’inconnu”, commente Franck Salles. Et d’avancer une explication : “Le désir des professeurs de finir le programme à tout prix, sans tenir compte du parcours individuel des élèves dans leur apprentissage, ne permet pas à chacun de progresser.”

Conscient du problème, le ministère de l’Éducation nationale avait présenté en décembre 2014 un plan baptisé “Stratégie mathématiques”. L’objectif ? Revoir les programmes et rendre les apprentissages plus ludiques. Les résultats se font encore attendre.