1. Comment réussir à se motiver sans s’épuiser
Interview

Comment réussir à se motiver sans s’épuiser

Envoyer cet article à un ami
"Keep calm et réussis tes exams", d'Audrey Akoun et Isabelle Pailleau (Éditions Eyrolles). // © Photo fournie par l'auteur
"Keep calm et réussis tes exams", d'Audrey Akoun et Isabelle Pailleau (Éditions Eyrolles). // © Photo fournie par l'auteur

Vous ne parvenez pas à vous mettre au travail ? Vous vous sentez découragé(e) ? Vous en avez assez d’avoir vos parents sur le dos à vous répéter que vous devez vous y mettre ? Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, auteures de “Keep calm et réussis tes exams” livrent leurs astuces pour vous permettre de mieux travailler et réussir en cours sans vous épuiser.

Parmi les élèves à qui l'on reproche de ne pas suffisamment travailler, beaucoup évoquent le manque de motivation. Quels conseils leur donnez-vous ?

D'abord de bien comprendre pourquoi ils ne sont pas motivés. Cela peut venir d'un manque de confiance en eux, en leurs capacités à réussir, ou bien parce qu'ils ne voient pas le sens de ce qu'ils font. Difficile également d'être motivé quand on ne prend pas de plaisir à travailler.
Il n'existe malheureusement pas de recette magique à la motivation. Ce qui est certain en revanche, c'est que la quasi-totalité des jeunes ont envie de savoir et de réussir, c'est quand il s'agit de faire des efforts que cela devient difficile. Nous disons à ces jeunes que l'école ne motive pas qu'ils n'ont pas le choix : pour réussir, ils doivent travailler. Alors, plutôt que de passer des heures derrière leur bureau à tenter mollement d'apprendre une leçon, nous leur proposons des techniques qui rendent le travail moins pénible et plus efficace. Comme, par exemple, faire la liste des tâches qu'ils ont à accomplir et organiser le travail en courtes séquences (la "politique des petits pas") de façon à éviter le découragement.

L'autre levier à la motivation, ce sont les parents. Beaucoup de jeunes s'en plaignent. Ils considèrent qu'ils sont trop "sur leur dos", à parler d'école. Il faut qu'ils comprennent bien que si leurs parents les "harcèlent" c'est parce qu'ils sont inquiets. Charge à eux de les rassurer. Pour cela, nous leur conseillons, plutôt que d'attendre que leurs parents les questionnent sur leurs notes, de prendre l'initiative de raconter ce qu'ils ont fait en cours. Cela montrera à leurs parents qu'ils se sentent concernés par l'école. Ces derniers les laisseront alors bien plus "tranquilles".

Certains élèves se découragent car ils ont du mal à retenir leurs cours ou bien parce qu'ils n'obtiennent pas de bonnes notes alors qu'ils les ont appris. Comment les aider ?

Tout d'abord, pour apprendre efficacement une leçon il faut éviter tout parasitage. Concrètement, cela signifie qu'il faut couper et verrouiller toutes les sources d'information qui n'ont aucun rapport avec ce qui doit être mémorisé (téléphone, ordinateur, etc.).

Il faut peut-être aussi revoir la méthode. La plupart des élèves ont tendance à relire leurs fiches, ce qui est ennuyeux et pas nécessairement efficace surtout sur le long terme. Notre mémoire fonctionne en effet beaucoup mieux si nous utilisons tous nos sens. Autrement dit, il faut mettre de la vie, de l'humour et de l'originalité dans ce que l'on apprend. On ne mémorise pas tous de la même manière. Certains vont mieux mémoriser en marchant ou en mimant les situations quand d'autres auront besoin de répéter dans leur tête ou à haute voix par exemple… L'important, c'est de se connaître.
Mais, quel que soit le profil d'apprentissage, le bon truc pour mémoriser est de transformer les informations en petits dessins et schémas.

Par ailleurs, pour mémoriser il faut comprendre ce que l'on apprend. Pour cela, plutôt que d'apprendre par cœur, ce qui n'est pas très intéressant, il est préférable de procéder par questionnement. Qu'est ce que j'ai retenu du cours ? À quoi cela me fait-il penser ? Un bon moyen est d'écrire sur une feuille ou de déposer sur une carte mentale par exemple tout ce que l'on sait sur un sujet. Puis de compléter ce qu'il manque avec le cours. Partir de ce que l'on sait et aller rechercher ce qui manque permet de mieux s'approprier les savoirs et d'aller beaucoup plus loin dans le détail et la précision.

De nombreux jeunes disent avoir du mal à se concentrer, comment les aider à être plus attentifs ?

L'attention est le socle de l'apprentissage. Si le jeune n'arrive pas à fixer son attention sur ce que dit le prof, il passe à côté d'un tas d'informations. Or, de nombreuses études montrent que notre capacité d'attention a diminué ces dernières années avec notamment l'usage des nouvelles technologies. Mais ce n'est pas une fatalité. Il existe en effet des techniques qui permettent d'être plus attentifs. On peut, par exemple "se préparer" au cours en visionnant des vidéos sur le site lesbonsprofs.com, en faisant des recherches rapides sur Internet… Ou tout simplement se poser des questions avant d'aller en cours : qu'est ce que je sais déjà ? Qu'est ce que j'aimerais savoir ? Ce travail en amont  permet d'élever le degré d'attention en classe. Tout simplement parce que le cerveau étant aux aguets, il reconnaît immédiatement les éléments qu'il a vus précédemment et les retient mieux. Autre avantage : cela donne envie de participer !