1. À 16 ans, Guillaume Benech est écrivain, éditeur et chroniqueur
Portrait

À 16 ans, Guillaume Benech est écrivain, éditeur et chroniqueur

Envoyer cet article à un ami
A 16 ans, Guillaume a déjà acquis une grande culture littéraire. // © Florence Brochoire / Signatures pour l'Étudiant
A 16 ans, Guillaume a déjà acquis une grande culture littéraire. // © Florence Brochoire / Signatures pour l'Étudiant

LES JEUNES ONT DE L’AVENIR. Lycéen à Rouen, Guillaume Benech est un petit génie littéraire. Auteur d’un livre à 11 ans, éditeur à 14 ans, chroniqueur au Grand Journal à 16 ans… il ne compte pas s’arrêter là !

La passion de Guillaume Benech pour la littérature a commencé à 11 ans, par la découverte de la saga Harry Potter. "Cela a été une vraie révélation, J.K. Rowling m'a donné envie de lire mais aussi écrire", se souvient le lycéen.

Retrouvez tous les jeunes ont de l'avenir 

Un auteur précoce

Guillaume écrit son premier livre à 11 ans, sans idées bien précises. Vingt-cinq exemplaires sont tirés, et partent tous lors d'un salon local en septembre 2014. Encouragé par ce premier succès, il écrit un tome 2, qui sort en décembre 2014. "Mon histoire raconte les aventures d'un adolescent pirate informatique, William Clarck, qui va découvrir que son père est agent secret et cherche à connaître les raisons de la mort de sa mère", résume l'auteur.

En stage de 3e à France Bleu Normandie pendant la sortie du deuxième livre, il réussit, d'interview en interview, à se faire connaître. Quelque 1.500 exemplaires sont écoulés. Une rencontre avec Michel Lafon lui permet de signer un contrat pour réécrire un livre, réunissant les deux tomes déjà parus, intitulé "William Clarck Mission 1 L'éminence bleue". Cette nouvelle production sort en septembre 2016.

À la tête d'un magazine

Parallèlement, sa participation à un jury du "Journal de Mickey" en 2012, lui donne envie d'aller vers plus de concret. Il décide avec sa meilleure amie de monter un magazine culturel numérique : L'Petit Mardi. Son groupe d'amis réussit à livrer un mensuel d'une quarantaine de pages à leurs abonnés Web.

Forte de quatre ans d'expérience, l'équipe de lycéens rouennais bénévoles décide en janvier 2016 de lancer une version papier de ce magazine. Les 15.000 exemplaires sont mis à disposition dans 500 points de distribution. "Chaque tirage papier du numéro bimestriel coûte 5.000 € à produire. Nous passons beaucoup de temps à faire du démarchage pour obtenir de la publicité culturelle", précise Guillaume.

Rêvant de "révolutionner le monde des médias", le jeune homme a intégré de la technologie de réalité virtuelle dans son magazine, avec des scans sur la version papier qui permettent d'accéder à des services en ligne, comme, par exemple, l'écoute d'un album entier.

Un éditeur trop jeune ?

Ce touche-à-tout littéraire a aussi monté sa propre maison d'édition, dès l'âge de 14 ans. Encore mineur, il a demandé à ses parents de prendre la présidence de l'association L'Petit mardi éditions. Un statut plus simple pour gérer les bénévoles mineurs du magazine. L'organisation gère la publication mais a aussi bien sûr vocation à éditer des ouvrages. Le premier livre publié est alors un livre écrit par Guillaume.

"Ce n'est pas facile de gérer une maison d'édition quand on est jeune. On s'investit à fond dans le projet et dès qu'il y a un problème tout semble s'effondrer. Les relations avec les auteurs qui nous envoient leurs manuscrits ne sont pas faciles. Certains, jaloux, trouvent que ce n'est pas une responsabilité de notre âge et cherchent à nous décrédibiliser", raconte le jeune homme.

Si les premiers livres édités ont connu peu de succès, Guillaume souhaite développer L'Petit mardi éditions en se spécialisant dans les auteurs jeunesse. "Il faut casser l'idée que les jeunes passent leur temps sur leur smartphone, ils peuvent aussi aimer les livres", défend-t-il. L'association deviendra bientôt une fondation et une entreprise sera créée pour la maison d'éditions, cette fois-ci dirigée par Guillaume, désormais plus âgé.

Une vie de lycéen bien remplie

À toutes ces casquettes s'ajoute celle de chroniqueur, un jeudi sur deux, au Grand Journal depuis septembre 2016, suite à son passage comme interviewé. "Je ne sais pas ce qui me plaît le plus. J'aime écrire, laisser mes pensées s'exprimer. Le côté entrepreneuriat dans l'édition me plaît aussi beaucoup", explique-t-il.

Ce lycéen en première L admet "déléguer de plus en plus pour le magazine, géré par 12 jeunes". Souhaitant entrer à Sciences po Paris après le bac, il sait qu'il doit faire attention à son dossier scolaire et s'organise en fonction. "Ce soir, après cette interview, je dois réviser mon DS de maths pour demain, puis j'irai à une avant-première d'un festival de courts-métrages britanniques à Rouen, dont L'Petit mardi est partenaire", illustre-t-il, agenda à la main.

Son livre préféré ? "La promesse de l'aube" de Romain Gary. "Ce roman a changé ma vision de la littérature et de la vie. Le message principal : avec de l'ambition on peut arriver à tout". Guillaume l'a bien intégré !