1. Lycée
  2. Première
  3. Ma vie de Lycéen : "Je suis la tête de Turc de ma classe"
  4. Harcèlement à l’école : qui sont les victimes ?
Décryptage

Harcèlement à l’école : qui sont les victimes ?

Envoyer cet article à un ami

Moqueries, mises à l’écart, insultes dans la cour de l'école et sur les réseaux sociaux, vidéos et photos humiliantes diffusées au plus grand nombre… la vie du souffre-douleur peut rapidement devenir un cauchemar. Comment mettre fin à cette spirale infernale ?

De nombreux élèves sont victimes de harcèlement dans leur école. D’après Nicole Catheline, auteur de Harcèlements à l’école (Albin Michel), les chercheurs ont établi 4 grands profils, parmi lesquels la victime provocatrice et la victime soumise. Le plus fréquent est celui de la victime provocatrice, qui irrite ses pairs par ses comportements agressifs. Ce sont souvent des adolescents immatures qui ont subi des carences affectives, qui ont été les témoins de violences.

Autre catégorie : la victime soumise plutôt inhibée et anxieuse, qui a des difficultés à s’affirmer. Ces jeunes, souvent en manque affectif, ont tendance à rechercher à tout prix l’amitié des autres, quitte à devenir collants. "Plus largement, explique Nicole Catheline, ce sont des ados qui ne sont pas sur le même tempo que les autres, soit en avance, soit en retard." Cela peut se traduire par une préférence pour la lecture plutôt que pour les jeux collectifs, ou une passion pour l’informatique à l’heure où les autres en sont à leurs premiers flirts. "Leur solitude est d’autant plus grande que les autres élèves ne souhaitent pas s’associer à eux, de peur de perdre leur statut dans le groupe ou de devenir eux-mêmes victimes", explique le sociologue Éric Debarbieux.

Ce n’est pas une raison pour ne rien faire, mais comment réagir quand un camarade est harcelé ? La pédopsychiatre Nicole Catheline déconseille toute intervention directe : "Il est préférable d’en parler à un adulte, soit les parents, soit les enseignants. Comme dans tous les conflits, il vaut mieux que ce soit un tiers extérieur qui agisse. Surtout, il ne faut pas rester passif. Il ne s’agit pas de “balancer” les copains, mais de signaler un problème. C’est une démarche citoyenne."

Pour aller plus loin : Harcèlement scolaire : "Personne n'est prédisposé à être victime… ni harceleur" / Dites "Non au harcèlement scolaire !" / Harcèlement entre élèves : parents et enseignants doivent faire preuve de vigilance / Harcèlement scolaire : un collégien sur dix se dit concerné / Que faire en cas d’inaction du chef d’établissement alerté d’un cas de harcèlement ?

Sommaire du dossier
Retour au dossier Harcèlement à l’école : qui sont les victimes ? Harcèlement à l’école : comment s’en sortir Harcèlement à l’école : "Absolument personne ne peut se défaire seul d’un harceleur" Le harcèlement moral se déplace sur les réseaux sociaux Harcèlement à l’école : Il faut avant tout ne pas rester isolé