Présidentielle 2017 : ce lycéen lance une pétition pour le droit de vote à 16 ans

Par Delphine Dauvergne, publié le 13 Mars 2017
3 min

IL VA FAIRE LA UNE. Thomas Ianz, lycéen de première à Fontainebleau, interpelle les candidats à la présidentielle avec sa pétition pour le droit de vote dès 16 ans. Adhérent au parti Les Républicains, il regrette de ne pas pouvoir s’exprimer dans les urnes en 2017.

"Je suis extrêmement frustré de ne pas pouvoir voter cette année", confie Thomas Ianz. En première L au lycée François-Couperin à Fontainebleau (77), ce lycéen a lancé une pétition pour demander le droit de vote dès 16 ans, son âge, justement. "Certaines personnes pensent que l'on n'est pas assez mature pour voter, mais c'est faux ! Au lycée, on nous traite souvent comme des bébés, mais plus on nous donne de responsabilités et plus on est motivé pour les prendre à cœur", justifie-t-il.

Lire aussi : Avoir 18 ans en 2017 : ils vont voter pour la première fois

Engagé pour les jeunes

Son "combat de tous les jours" : "pousser les jeunes à s'investir en politique". L'une des raisons pour lesquelles il regrette de ne pas pouvoir voter : "Les enjeux cruciaux de cette élection, avec les problèmes actuels, la menace terroriste, la crise migratoire, la montée des extrémismes... C'est l'avenir du pays dont il s'agit".

Dans le texte de sa pétition, Thomas regrette que "les jeunes [soient] perçus comme ne portant qu'un désintérêt massif, un mépris sans égard et une incompréhension totale envers l'institution politique française". Une idée reçue qu'il nie, tout en soulignant que "la jeunesse représente l'avenir".

Intéressé depuis plusieurs années par la politique, Thomas a décidé de rejoindre un parti dès 16 ans. En novembre 2016, il prend ainsi sa carte chez Les Républicains, après s'être investi dans les primaires pour soutenir la candidature de Nicolas Sarkozy.

Deux réponses de candidats

La pétition, lancée à la mi-février 2017, a recueilli à ce jour plus de 240 signatures. Deux candidats à l'élection présidentielle ont répondu à l'interpellation du lycéen : Sébastien Nadot, du mouvement des Progressistes, dont la proposition figure déjà dans son programme, et François Fillon, se déclarant ni opposé, ni favorable, tout en reconnaissant que cela pourrait figurer autour de son débat sur la majorité pénale à 16 ans.

Pour la suite, Thomas veut tenter d'entrer à Sciences po. Il commence d'ores et déjà une prépa dans ce but, au sein de son lycée. S'il échoue à l'examen d'entrée, il envisage de se tourner vers des études de droit ou en sciences politiques à l'université Paris 2. Un avenir qu'il voit donc tourné vers la politique, mais sans rêves de gloire. "Je n'ai pas forcément envie de devenir président", prévient-il.

Articles les plus lus

A la Une première

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !