Une très bonne élève veut contester son 4/20 obtenu à l’oral du bac français

Par Isabelle Maradan, publié le 22 Avril 2011
3 min

QUESTION AU MÉDIATEUR - Peut-on contester une note obtenue à l'oral du bac de français en s'appuyant sur des résultats scolaires de l'année ? Les parents de Sophie, très bonne élève de filière littéraire, ont saisi le médiateur pour comprendre la très mauvaise note obtenue par leur fille à cette épreuve.

Le problème posé


Lors de la session 2008, Sophie, candidate au bac général L, avait obtenu 4/20 à l’oral de français. Elle en est très surprise. Bonne élève d’un lycée réputé, elle a eu 18/20 à l’épreuve écrite de français, un 17/20 à celle d’enseignement scientifique et un 17/20 aux épreuves anticipées du bac en mathématiques.

L’intervention du médiateur


Le médiateur a demandé au service des examens de lui communiquer l'ensemble des notes données par l’examinateur ayant noté 4/20 l’oral de français de Sophie, ainsi que le procès verbal de la commission d’harmonisation. Les instructions ministérielles prévoient en effet que, dans chaque discipline, tous les correcteurs d’un centre d’examen doivent se réunir en commission afin de comparer leurs notes. S’il apparaît qu’un correcteur a noté très différemment de ses collègues (par exemple en concentrant les notes entre 8 et 12 ou bien en notant tous les candidats en-dessous ou au-dessus de 10), la commission examine les raisons de cette différence, notamment en consultant les copies. Si l’examen des copies ne permet pas de justifier cette différence, le président de la commission demande au correcteur de modifier ses notes. Or dans le cas de Sophie, le service des examens a indiqué au médiateur que la commission n’avait pas eu lieu. Le médiateur a donc dû classer l’affaire.


Ce qu’il faut en retenir


De nombreuses études ont montré que devant une même copie, deux correcteurs du bac, même en utilisant le même barème de correction, peuvent mettre des notes parfois très différentes. Il est donc très important que les commissions d’harmonisation aient lieu. Or le médiateur a constaté que ces commissions ne se tiennent pas toujours, que les correcteurs ne sont pas forcément tous présents et que l’harmonisation n'est pas systématique.

En réalité, ces commissions ne sont pas obligatoires. Elles font jusqu’à présent l’objet d’une simple instruction par circulaire datant de 1995. Le médiateur demande au ministre de l’Education nationale que la tenue obligatoire de ces commissions soit désormais prévue par le décret réglementant le baccalauréat (Rapport 2007 du médiateur de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur).



Contacter le médiateur de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur
Les coordonnées du médiateur et des médiateurs académiques

Articles les plus lus

A la Une première

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !