Que savez-vous de l’auxiliaire et du participe passé ?

Par Sandrine Campese du Projet Voltaire, publié le 26 Mai 2021
2 min

Ces notions, nous ne les avons pas revues depuis l’école. Il est donc tout à fait normal, durant nos études et notre vie professionnelle, de les oublier. Or, elles sont indispensables pour conjuguer et accorder, et éviter ainsi des erreurs de grammaire courantes.

1– Une mission commune

Comme son nom l’indique, l’auxiliaire est une aide (pensez à l’auxiliaire de vie !). Qui "aide"-t-il ? Le participe passé, bien sûr, qui "participe" à la conjugaison des verbes aux temps composés !

Exemples : Les clients ont rejoint la directrice en taxi. Nous sommes parties après la réunion.

2– Quelques différences

Mais ces deux inséparables ont quelques différences.

D’abord, il n’y a que deux auxiliaires : être et avoir, suivis du participe passé. En comparaison, il y a presque autant de participes passés que de verbes !

Ensuite, un auxiliaire se conjugue comme un verbe, un participe passé s’accorde. Ici, les mots ont leur importance : il n’est pas rare que des personnes, emplies de bonnes intentions, se mettent à vouloir "accorder" un verbe conjugué au présent avec un COD.

Lire aussi

3– Rappel des règles d’accord

Le participe passé employé avec avoir ne s’accorde pas ("Elle a chanté") sauf quand le complément d’objet direct (COD) est placé avant le verbe ("les fraises que j’ai mangées").

Le participe passé employé avec l’auxiliaire être s’accorde avec le sujet ("Elles sont venues"), mais cette règle n’est pas valable avec tous les verbes pronominaux, ceux qui se conjuguent avec l’auxiliaire être précédé d’un pronom personnel réfléchi : me, te, se… ("Ils se sont appelés" vs "Ils se sont téléphoné").

Articles les plus lus

A la Une lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !