1. Comment entrer dans un lycée privé
Coaching

Comment entrer dans un lycée privé

Envoyer cet article à un ami

Dans les grandes villes, les lycées privés refusent du monde. C’est donc dès maintenant qu’il faut envoyer votre demande pour l’année prochaine. Voici la façon de vous y prendre pour choisir votre établissement et avoir toutes les chances d’y être admis.

Arthur, bon élève au collège de Romainville (93), pensait avoir sa chance pour entrer en seconde dans le privé. Six mois avant la fin de l’année scolaire, sa mère, pleine d’espoir, avait envoyé un dossier d’inscription à quatre lycées parisiens : Massillon, Charles-Péguy, Saint-Michel-de-Pic­pus et Les Francs-Bourgeois. "Début juillet, je n’ai reçu que des réponses négatives", raconte-t-elle, déçue. Arthur, qui avait décroché la mention bien au brevet, a finalement poursuivi sa scolarité au lycée Olympe-de-Gouges à Noisy-le-Sec (93).

Envoyez votre dossier avant la Toussaint


Il n’est pas si simple, donc, d’intégrer un lycée privé sous contrat. Certes, les familles peuvent librement inscrire leurs enfants dans ces établissements financés en grande partie par l’État (en particulier pour le salaire des professeurs, ainsi que pour les frais de fonctionnement). Nul besoin, par exemple, d’être de confession catholique pour y entrer. Mais attention, cela n’empêche pas ces établissements de choisir soigneusement leurs recrues !
Le Secrétariat général de l’enseignement catholique estime que les écoles privées sous contrat catholiques refusent chaque année environ 30.000 demandes d’inscription. La demande est surtout très forte dans les régions les plus peuplées ; c’est le cas évidemment en région parisienne. Et il n’est pas rare qu’un bon élève ne soit pas pris, faute de place dans l’établissement choisi. Mieux vaut donc envoyer votre dossier d’inscription avant les vacances de la Toussaint pour mettre toutes les chances de votre côté.

Comptez 750 € par an de frais de scolarité


Il n’est pas nécessaire de viser plusieurs lycées, repérez plutôt celui qui vous conviendra le mieux. Depuis la fin des années 1980, la plupart des écoles privées sont mixtes. Porter l’uniforme n’est plus d’actualité, mais il peut arriver qu’on demande aux élèves de s’habiller avec certaines couleurs (en bleu ou en gris, par exemple) et que les baskets soient interdites.
Concernant les frais de scolarité, il faut compter un coût de 750 € par an en moyenne. Un tarif qui ne comprend pas les extras (cantine, voyages, sorties, étude…). Prenez garde, la cantine peut facilement doubler le prix de la scolarité. À Paris, notamment, la famille d’un lycéen devra débourser environ 2.000 € par an, voire le double pour les établissements les plus chers comme Stanislas ou l’École alsacienne.


Comparez l’ambiance, les taux de réussite…


Pour vous aider à cibler les établissements susceptibles de vous intéresser, rendez-vous sur www.letudiant.fr : vous y trouverez notre guide des lycées, avec des évaluations sur le soutien aux élèves, la cantine, l’ambiance, l’exigence scolaire, etc. Vous pourrez aussi y consulter le palmarès des lycées, et ainsi comparer les taux de réussite au bac, mais aussi la valeur ajoutée apportée par l’établissement dans chaque série, c’est-à-dire la capacité de l’équipe pédagogique à faire progresser les élèves. Enfin, si vous avez un doute quant à savoir si le niveau correspond à celui que vous recherchez, l’APEL (Association des parents d’élèves de l’enseignement libre) peut vous répondre via un numéro Azur (08.10.25.52.55).


Comment savoir s’il reste des places ?


Une fois votre choix arrêté, vous devrez envoyer un dossier d’inscription (téléchargeable sur les sites Internet des lycées) avec les bulletins des deux dernières classes, une lettre de motivation écrite par vos parents ou, encore mieux, par vous-même.
Pour savoir s’il reste de la place, il suffit de contacter directement les établissements par téléphone, excepté à Paris. Là, repliez-vous sur le site de la direction diocésaine de la capitale, qui propose une rubrique "Places disponibles". En la consultant semaine après semaine, vous savez ainsi si un établissement "reçoit les demandes" (c’est-à-dire s’il reste des places), s’il est "en liste d’attente" ou bien en "effectif complet".
Si vous êtes convoqué, à partir de janvier, c’est que votre dossier a été retenu. Cet entretien n’est souvent qu’une formalité. Vous pourrez poser des questions et faire connaissance sans que votre place, en principe acquise même si vous n’en avez pas encore eu confirmation, ne soit remise en cause.


Avis d’expert : Gilles du Retail, directeur du service information au Secrétariat général de l’enseignement catholique
"Les familles cherchent la qualité de l’encadrement et l’écoute"
"Dès qu’un établissement a un projet fort, un encadrement spécifique, il est pris d’assaut par les parents. Les familles cherchent un établissement privé pour deux raisons. D’abord pour la qualité de l’encadrement : nos établissements sont souvent de petite taille, et on connaît les élèves par leur nom. Ensuite, les parents apprécient d’être écoutés. Ainsi, avant d’être admis, le jeune est reçu en entretien avec ses parents."

Sommaire du dossier
La lettre du parfait candidat Témoignage : "Pour mon dossier, j’ai ajouté ma propre lettre de motivation à celle de mes parents"