1. Orientation : se décider en famille, c'est possible !
Décryptage

Orientation : se décider en famille, c'est possible !

Envoyer cet article à un ami

Les désaccords parents-enfant en matière de choix d’études sont fréquents, mais pas forcément négatifs. Pour éviter qu’ils se transforment en conflit familial ou en échec personnel, l’essentiel est de trouver, pour chacun, la bonne distance.

Faut-il se mettre en retrait et laisser faire, ou au contraire intervenir, voire interdire ? La situation peut paraître paradoxale, comme le souligne Isabelle Méténier, psychosociologue : "Quand on a un projet trop défini pour son enfant, ça ne marche pas vraiment. Et quand on n’en a pas du tout, ça ne marche pas non plus." Dur métier que celui de parent ! Il n’y a pas de solution miracle, mais on peut toujours parler…
Entre prudence et confiance dans ses choix. Par "prudence", Quentin, 18 ans, s’est inscrit en LEA (langues étrangères appliquées). Sa vraie vocation, c’est le théâtre. Quentin a de qui tenir : son père a été comédien pendant 17 ans. "Il ne s’oppose pas à mon projet, précise Quentin, mais il ne m’y pousse pas non plus… Il m’aide à travailler mes scènes. Je profite de son expérience." Voilà 7 ans que Quentin passe la moitié de sa vie sur les planches, le reste du temps étant consacré à ses études. "J’ai l’impression que Quentin ne choisit pas le meilleur métier au meilleur moment, avoue André, son père, devenu magistrat à l’issue de sa carrière de comédien. Connaissant le milieu du théâtre, je sais que rien n’est jamais acquis quand on est comédien. Il est essentiel d’avoir une solide formation intellectuelle." Va pour LEA, donc…

Quentin et son père ont mené ensemble une réflexion exemplaire, qui a abouti à un équilibre subtil : un soutien chaleureux de la part du père, mais sans approbation béate non plus. Quentin confirme sa vocation tout en rassurant ses parents, et en assurant ses arrières, grâce à un parcours universitaire complémentaire… 
Sommaire du dossier
Echanger avec son enfant : primordial ! Orientation : responsabiliser mais accompagner Les rêves parentaux : frein ou moteur ? Alexandre Terré, 16 ans, et ses parents "Je me sens sûr de moi"