1. Lycée
  2. seconde
  3. Redoublement : quelle utilité ?
  4. Auguste, 18 ans : “Redoubler ma seconde ne m’a servi à rien”
Témoignage

Auguste, 18 ans : “Redoubler ma seconde ne m’a servi à rien”

Envoyer cet article à un ami

Chaque année, c’est la même rengaine : si vous ne travaillez pas assez et que vos notes ne s'améliorent pas, vous serez “bon pour le redoublement” vous préviennent vos parents. Une menace pourtant rarement mise à exécution dans les établissements… Jugé peu efficace et très coûteux, le redoublement n’a pas la cote. Il devrait même, à l’avenir, devenir exceptionnel. Témoignages.

Auguste est un garçon sensible, passionné de théâtre et de cinéma. Lors de son année de seconde, il perd pied. Sa moyenne générale tourne autour de 8/20. “Il y avait une bonne ambiance, beaucoup de liberté, et j’étais plus intéressé par préparer mon week-end qu’à travailler”, raconte-t-il avec franchise. Du coup, on lui propose de redoubler.

“J’ai accepté, alors que j’étais contre au départ, indique sa mère Véronique. Finalement, j’avais raison, car le redoublement ne lui a servi à rien. J’aurais aimé que le lycée le soutienne et l’aide plus à progresser.” La moyenne générale du lycéen chute à 7/20. Le conseil de classe lui propose une orientation en première STMG (sciences et technologies du management et de la gestion). Auguste, lui, veut rester en filière générale.

Une formule plus encadrée

Voyant que le passage de son fils en première L est compromis après son redoublement, Véronique cherche un autre établissement. Par le bouche-à-oreille, elle apprend l’existence du cours Molière, situé à Paris, à deux pas du bois de Vincennes. Lors de sa visite, Auguste est surpris par le fait que l’école partage l’immeuble avec des particuliers.

Mais au final, il est ravi. Évidemment, certains élèves viennent vraiment en touristes. Mais cela ne l’empêche pas d’être motivé. Il explique : “J’ai repris confiance en moi. En classe, je pouvais poser des questions car nous n’étions pas plus de 15, et comme j’étais le seul L,  j’avais cinq heures de cours où j’étais tout seul avec le prof !”

Pour aller plus loin : Le redoublement devient exceptionnel / Redoubler sa seconde : cela en vaut-il la peine ? / Admission postbac : faut-il redoubler sa terminale pour avoir un meilleur dossier sur APB ? / Bac ES : le redoublement volontaire en fin de 1re, une bonne idée ? / Démission, licenciement, redoublement : rebondir quand l’alternance tourne mal

Sommaire du dossier
Retour au dossier Redoublement : chronique d’une fin annoncée Quand le redoublement peut être bénéfique Quand le redoublement peut être inutile Quelles alternatives au redoublement ? Auguste, 18 ans : “Redoubler ma seconde ne m’a servi à rien” Floriane, 16 ans : “Je redouble ma seconde pour mon avenir” Frank, 18 ans : “Redoubler a été une chance et pénalisant à la fois” Guillaume, 17 ans : “Redoubler ma seconde m’a permis de mûrir”