1. Lycée
  2. seconde
  3. Redoublement : quelle utilité ?
  4. Guillaume, 17 ans : “Redoubler ma seconde m’a permis de mûrir”
Témoignage

Guillaume, 17 ans : “Redoubler ma seconde m’a permis de mûrir”

Envoyer cet article à un ami

Chaque année, c’est la même rengaine : si vous ne travaillez pas assez et que vos notes ne s'améliorent pas, vous serez “bon pour le redoublement” vous préviennent vos parents. Une menace pourtant rarement mise à exécution dans les établissements… Jugé peu efficace et très coûteux, le redoublement n’a pas la cote. Il devrait même, à l’avenir, devenir exceptionnel. Témoignages.

“L’année dernière, je venais au lycée en touriste. J’avais 9/20 de moyenne générale.” Voilà selon Guillaume les causes de son redoublement en seconde. “Le conseil de classe m’avait prévenu que cela ne pouvait plus durer. Sur la fiche navette, à la fin du troisième trimestre, le proviseur a indiqué un avis de réorientation en série technologique ou en voie professionnelle.” Les parents du lycéen lui laissent le choix. Guillaume n’accepte pas cette décision : il vise une série générale, sans toutefois avoir de projet d’études. La famille prend donc rendez-vous avec le chef d’établissement et le professeur principal. “Nous nous sommes entendus pour un redoublement.”

“Rien que le mot redoublement me déplaisait”

Au début, Guillaume l’a “mauvaise”. “J’étais déçu. Cela me gênait de ne pas avoir bossé et de voir passer tous mes amis. Je restais presque tout seul. Rien que le mot redoublement me déplaisait. Il représentait quelque chose de négatif, genre ‘tu es mauvais’.” Au début de sa deuxième seconde, le lycéen angoisse. : “Il ne fallait pas que je me plante… Pour améliorer mes résultats, j’ai arrêté les soirées, les jeux vidéo, mes parents m’ont sucré la télé. Cela m’a aidé à faire mes devoirs.” Guillaume reçoit également le soutien de plusieurs professeurs, qu’il retrouve de l’année précédente.

Et si c’était à refaire ?

Très vite, la sérénité est revenue et Guillaume s’est mis à travailler. “Il me manquait de l’encadrement et de la maturité. Je pensais toujours à sortir et à faire la fête. Aujourd’hui, j’ai évolué. Je sais que je ne travaille pas pour rien.”

“Je pense que la seconde est la classe qu’on peut redoubler : il n’y a pas d’examen à la fin de l’année, et c’est à ce moment-là qu’on acquiert les bases importantes pour la suite du lycée.”

Pour aller plus loin : Le redoublement devient exceptionnel / Redoubler sa seconde : cela en vaut-il la peine ? / Admission postbac : faut-il redoubler sa terminale pour avoir un meilleur dossier sur APB ? / Bac ES : le redoublement volontaire en fin de 1re, une bonne idée ? / Démission, licenciement, redoublement : rebondir quand l’alternance tourne mal

Sommaire du dossier
Retour au dossier Redoublement : chronique d’une fin annoncée Quand le redoublement peut être bénéfique Quand le redoublement peut être inutile Quelles alternatives au redoublement ? Auguste, 18 ans : “Redoubler ma seconde ne m’a servi à rien” Floriane, 16 ans : “Je redouble ma seconde pour mon avenir” Frank, 18 ans : “Redoubler a été une chance et pénalisant à la fois” Guillaume, 17 ans : “Redoubler ma seconde m’a permis de mûrir”