1. Lycée
  2. seconde
  3. La réforme du lycée décryptée
  4. En tournée des lycées avec Richard Descoings
Décryptage

En tournée des lycées avec Richard Descoings

Envoyer cet article à un ami

Mener une consultation dans une centaine de lycées et autant de départements. Tel est le défi que s’est lancé en janvier 2009 Richard Descoings, le directeur de Sciences po, dans le cadre de sa mission sur le lycée. Letudiant.fr l’a suivi une journée lors de cette tournée parfois rock’n roll.

"Ereintant mais passionnant". Cela fait maintenant quatre mois que Richard Descoings, chargé de la mission lycée par Nicolas Sarkozy, sillonne les routes de France pour recueillir les remarques et propositions des élèves, des parents, des professeurs, des personnels. Et à le voir s’enthousiasmer sur le sujet dès 8 h du matin, dans le TGV Paris-Poitiers, on voit qu’il aime ça. Rencontrer, débattre, convaincre, se laisser convaincre, aller sur le terrain, c’est le truc du directeur de Sciences po, établissement supérieur du 7e arrondissement de Paris.

Consultation marathon

Ce lundi-là, Richard Descoings part deux jours en province avec son équipe : Cyril Delhay, professeur et responsable des programmes "égalité des chances" et "diversité" à Sciences po, Halimatou Nimaga, jeune diplômée de l’IEP chargée des comptes-rendus, Djeff Regottaz, qui recueille en vidéo des témoignages pour le site lyceepourtous.fr, et un caméraman pour filmer les tables rondes. Ce périple doit les mener de la cité poitevine à Angers en passant par Angoulême et la Rochelle. Trois lycées par jour, trois villes par semaine : c’est le rythme (sou)tenu depuis janvier 2009. Près de 80 établissements ont déjà été visités.

Deux heures de débats


Aujourd’hui, la première étape est prévue à Châtellerault (86). A peine le temps de prendre un café, de fumer une cigarette, la table ronde débute. Une soixantaine de personnes (jeunes, adultes, syndiqués, non syndiqués) sont là, en attente. Richard Descoings se présente, parle de son action pour l’égalité des chances à Sciences po, de l’objet de sa mission. Puis un lycéen expose les dix points ressortis lors de la réunion de préparation (aide au CV, part de contrôle continu pour le bac, après-midi culturels ou sportifs...). Et c’est parti pour deux heures de débats, principalement menés par les adultes. Richard Descoings écoute et prend des notes. Au total, 78 remarques et propositions sont énoncées. "C’était dense, construit, vivant, avec des avis divers", résume-t-il en fin de séance.

Souvenirs de tournée


Des souvenirs de consultation, Richard Descoings en à revendre. "Au lycée Jean-Guéhenno de Flers (61), 200 personnes sont venues, dont 90 % de lycéens. Nous avons discuté deux heures et demi. Le débat avait été extrêmement bien préparé". Et de citer également sa visite à Laval, dans une cité scolaire de 3 000 élèves. "C’était éblouissant. Ils avaient fait la réforme". Avant d’en arriver là, il a fallu être patient. "Le début de la consultation a été compliqué car nous avons rencontré une forme de défiance. Notre première bataille a été celle de la crédibilité. La réforme de Xavier Darcos venait d’être repoussée. Les gens se demandaient "c’est quoi cette mission ?". Au fil du temps, les observateurs ont pu voir comment je travaillais. Depuis cela va mieux, mais il y a toujours des imprévus", explique Richard Descoings. Par exemple, le comité d’accueil réservé à Nîmes par les professeurs excédés par la politique du gouvernement… Et la consultation a fait aussi des flops. "Les réunions les plus dures, nous les avons menées dans les grands lycées généraux de centre-ville. Des lycées à 95 % de réussite au bac, où on s’interroge sur l’utilité de toucher à quelque chose qui marche bien. Les attentes de réforme sont plus fortes dans les lycées technologiques ou polyvalents."

La rhétorique Descoings


Aujourd’hui, le show est bien rodé. Inlassablement, Richard Descoings parle du lycée général qui "n’a pas changé depuis 40 ans". Sur les moyens (classes surchargées et baisse d’effectifs de professeurs sont sans cesse évoquées), sa rhétorique est particulièrement bien huilée. "Si c’était le seul facteur de difficultés, cela se saurait. Les moyens n’ont pas empêché les crises au début des années 90", répète-t-il. Mine de rien, Richard Descoings fait passer des idées par l’interrogation et l’explication. "Les gens sont plus aptes à accepter les contradictions si on explique pourquoi leurs options ne sont pas retenues. Par exemple, on ne va pas dire : "un cours de 45 minutes, c’est bête". On va expliquer que c’est difficile si on retire le temps d’installation des élèves, la mise en route de la classe, etc.". En fin de séance, pour rassurer complètement l’auditoire, Cyril Delhay formule une synthèse des propositions. Le compte-rendu sera ensuite envoyé à chacun des participants pour relecture.

"On est gâté, aujourd’hui, c’est plateau repas"


Au total, Richard Descoings a demandé 200 000 € au ministre de l’Education nationale pour son tour de France. "De quoi payer les salaires de mon équipe, les trajets et l’hébergement pour six mois. Le partenariat avec Google pour le site lyceepourtous est gratuit. J’ai dit "pas de bureau, pas de voiture de fonction". Je ne veux pas arriver en grandes pompes dans les lycées, puis que l’on me reproche d’utiliser de l’argent que l’on peut mettre ailleurs". Concrètement, cela se traduit par un plateau repas avalé dans un taxi entre deux tables rondes. "On est gâté cette fois-ci. D’habitude, on a des sandwichs", se réjouit Cyril Delhay.

Le blues des lycées


La deuxième table ronde du jour a lieu dans un lycée en milieu rural, à Parthenay (Deux-Sèvres). Avec 84 remarques et propositions (comme une aide pour les transports ou une heure de langue par semaine en laboratoire), on est proche du record. "C’est intéressant quand l’équipe prépare bien la réunion. Cela ne tourne pas à une discussion "café du commerce"", commente Richard Descoings. Pour la troisième et dernière table ronde du jour, direction Angoulême. A 17h30, l’auditoire se réduit à une vingtaine d’adultes et un élève. Ambiance morose… Le débat met du temps à se lancer. "On nous a beaucoup promis lors des précédentes réformes", commence un professeur de physique-chimie. Viendront ensuite plusieurs questions liées à des inquiétudes, des incompréhensions comme la fusion de la filière STG avec les filières générales ou les expérimentations menées dans les lycées à la rentrée 2009. "On a retrouvé le malaise du début de la consultation. Mais le dialogue direct, d’homme à homme, est aussi appréciable", commente Cyril Delhay.

Une consultation et puis s’en va ?


Richard Descoings rendra entre fin mai et mi-juin 2009 sa synthèse et ses préconisations au ministre de l’Education nationale. "Je ne veux pas d’un rapport de 300 pages que personne ne lira. Il faut faire simple, partir de la consultation. Ensuite tout va dépendre de ma capacité à convaincre", assure, lucide, celui qui serait pressenti - selon Le Monde - pour remplacer Xavier Darcos.
A l’automne 2008, le manque d’explication, d’argumentation avait provoqué un mouvement lycéen de grande ampleur. Aujourd’hui, les lycées sont dans l’expectative. "La démarche de Richard Descoings est volontaire, le débat intéressant, admet Elsa, en première L à Châtellerault. Mais il faut voir ensuite si on prend en compte ce qui a été dit". C'est ce qui s'appelle être attendu au tournant.

Lyceepourtous.fr évolue
Table ronde après table ronde, le site lyceepourtous.fr lancé par Richard Descoings s’enrichit de nouveaux contenus (vidéos et textes). Entre le 23 mars et le 12 mai 2009, celui-ci a accueilli 418 000 visiteurs uniques. Un trafic qui n’est pas négligeable en deux mois, sans être spectaculaire. En revanche, les vidéos (415 000 vues) fonctionnent très bien. "On ne parle pas aux jeunes par circulaire", indique le chargé de mission lycée. Depuis le 9 mai 2009, le site a été restructuré. Aujourd’hui, il met l’accent sur quatre thèmes identifiés comme "prioritaires" par Richard Descoings au vu de sa consultation : réussir à s’orienter, maîtriser les langues, rénover la voie technologique et rééquilibrer les séries.

Pour aller plus loin : Que devient la voie technologique dans le lycée réformé ? / Orientation en fin de troisième : la réforme du lycée facilite le rattrapage des erreurs / La réforme du lycée en 2012 / Rentrée 2010 : le lycée sous tensions / Luc Chatel : "Cela ne me choque pas qu’une famille sans problèmes financiers investisse dans des manuels pour ses enfants" / Réforme du lycée : si les élèves étaient ministre de l'Education nationale…

Sommaire du dossier
Retour au dossier La réforme du lycée au Journal officiel (mais que cela signifie-t-il ?) Réforme du lycée : Luc Chatel écrit aux parents d'élèves de troisième Réforme du lycée : un pas de plus de franchi Réforme du lycée : les matières gagnantes et les autres... Réforme du lycée : Luc Chatel dévoile votre futur emploi du temps La réforme du lycée se précise Luc Chatel : « Nous faisons cette réforme pour trouver une solution pour chaque élève sortant du secondaire » En tournée des lycées avec Luc Chatel Nicolas Sarkozy annonce la réforme du lycée Réforme du lycée : ce qui pourrait être proposé... Rentrée 2009 au lycée : rien de nouveau sous Luc Chatel Réforme du lycée : l’histoire secrète d’un raté Le ministre Xavier Darcos se met au Web 2.0 Orientation : Xavier Darcos passe à l'action Réforme du lycée : les conclusions de Richard Descoings Rapport Descoings sur le lycée : des réactions plutôt positives Le député Benoist Apparu présente sa réforme du lycée En tournée des lycées avec Richard Descoings Réforme du lycée : 123 établissements vont procéder à des expérimentations Nicolas Sarkozy veut rapprocher les lycées et les entreprises Réforme du lycée : Richard Descoings veut se pencher sur le bac STI Réforme du lycée : les lycéens de Saint-Lô déjeunent de nouveau à l’Elysée Lyceepourtous.fr, le site lancé par Richard Descoings, démarre gentiment Richard Descoings lance le blog lyceepourtous.fr Ce que vous réserve Xavier Darcos pour 2009 Réforme du lycée : et si les entreprises entraient dans les établissements ? Réforme du lycée : ce que Xavier Darcos attend de Richard Descoings Richard Descoings aux lycéens : "Vous ne me connaissez pas, mais jugez-moi sur mes résultats" Nicolas Sarkozy confie le lycée à Descoings et la jeunesse à Hirsch Réforme du lycée : une contre-manif virtuelle organisée sur Facebook Réforme du lycée : les discussions reprennent, les manifs aussi Xavier Darcos repart à zéro, les lycéens continuent Xavier Darcos repousse la réforme du lycée Journées d’actions multiformes contre les réformes de Darcos Jeudi 20 novembre 2008 : mobilisation réussie dans l’éducation Samedi 15 novembre : Xavier Darcos chahuté par des lycéens Pourquoi cette réforme du lycée ? Quel est le calendrier de la réforme du lycée et qui est concerné ? Quels changements pour la seconde ? Quels changements pour la première ? Quels changements pour la terminale et le bac ? Le redoublement va-t-il être supprimé ? Les lycéens seront-ils plus ou moins nombreux par classe ? La Finlande, un modèle à copier ?