1. Lycée
  2. seconde
  3. La réforme du lycée décryptée
  4. Jeudi 20 novembre 2008 : mobilisation réussie dans l’éducation
Reportage

Jeudi 20 novembre 2008 : mobilisation réussie dans l’éducation

Envoyer cet article à un ami

Jeudi 20 novembre 2008, enseignants, lycéens et étudiants, unis, ont manifesté en France contre les suppressions de postes, la dégradation des conditions de travail, la réforme du lycée et un meilleur dialogue avec le ministre Xavier Darcos. Mobilisation réussie.

Chose promise, chose due… A l’issue de la manifestation du 19 octobre 2008, les syndicats des enseignants avaient prévenu : une grève unitaire serait programmée en novembre pour protester contre les suppressions de postes (13.500 à la rentrée 2009) et obtenir de meilleures conditions de travail dans l’Education. Jeudi 20 novembre 2008, professeurs du premier et du second degrés (en majorité) mais aussi lycéens, étudiants et écoliers (privés d’école…) n’ont pas manqué le rendez-vous. Un enseignant sur deux était en grève et ils étaient très nombreux (40.000 selon les organisateurs, 9.000 selon la police) à défiler à Paris, du Luxembourg au ministère de l’Education nationale, dans une ambiance bon enfant.
Pourquoi tant de grabuge ? Selon Xavier Darcos, le ministre de l’Education nationale, la moyenne des effectifs par classe ne dépasse pas 27 dans les lycées généraux, 19 dans les lycées professionnels. "C'est la meilleure moyenne des pays de l'OCDE", précise-t-il. A croire que, ce jeudi, ce sont tous les étudiants et les professeurs de France et de Navarre dont la classe dépasse les 30 élèves, sans exception, qui avaient fait le voyage jusqu’à la capitale…


">

Trop pour participer en cours

">


Dans la rue, les manifestants contestent les chiffres du ministère. "On est 36 par classe. C’est super difficile d’étudier dans ces conditions. En philo, le prof a été obligé de limiter notre participation. Si on veut poser des questions, il faut attendre la fin du cours. Certains ont eu des malaises tellement ils avaient chaud", raconte Madeleine, lycéenne en terminale L à Meaux (77). Même discours chez son camarade, Kevin, en terminale S : "En TP de physique-chimie, on est 20 au lieu de 18. Résultat : certains travaux ont été supprimés car il manque du matériel. Or, ce sont des thèmes présents au programme du bac... Autre exemple, en espagnol, on est 30 élèves pour 28 chaises. Du coup, on tourne, on se met à trois par table de deux. Et encore, notre lycée, assez élitiste, est plutôt bien loti par rapport à d’autres."

Mieux vaut prévenir…


Pourtant, pour le moment, peu de manifestants reconnaissent avoir ressenti les effets des suppressions de postes de la rentrée 2008. Beaucoup sont là par anticipation, par crainte de l’avenir. "Nous protestons contre les coupes franches annoncées pour 2009", avouent Sophie, Coralie, Nicolas et Katia, quatre jeunes professeurs des écoles en banlieue parisienne (93). Nicolas dénonce tout de même la chute du nombre de postes ouverts au concours de recrutement dans l’académie de Créteil, tout à fait d’actualité. "De 1280 il y a deux ans, on est passé à 750. Et cette année, la liste complémentaire, dans laquelle on puisait les professeurs remplaçants, a été supprimée".

Alice, lycéenne en 1ère ES, et Mickaël, élève en 1ère STG, à Arpajon (91), sont également là pour tenter d’éviter le pire. "Pour le moment, ça peut aller, notre lycée n’est pas touché par les suppressions de postes. On est une trentaine par classe. D’autres sont 35-36, d’autres 24. En fait, on est surtout mal répartis".

Alain, professeur de productique, et Patrick, professeur d’électronique au lycée René-Cassin, à Noisiel (77), ont également l’impression d’être dans un grand flou artistique, sans vision à long terme. "Dans deux mois, nous devrons répondre aux questions de collégiens et de leurs parents qui s’interrogent sur l’orientation. Avec la réforme du lycée, on ne sait absolument pas ce que l’on va leur répondre. Quel avenir attend les options des filières technologiques ? On n’en sait rien… La seule chose que l’on sait, c’est qu’il est très difficile d’amener nos élèves au bac pro en trois ans seulement (soit un an de moins), comme le prévoit la réforme du bac professionnel".

Ultimatum


Les sujets d’inquiétude, ce jeudi, étaient divers et multiples dans le cortège : la suppression de 3.000 postes de maîtres Rased (des maîtres spécialisés contre l'échec scolaire), le remplacement des cours du samedi par du soutien en semaine, entre midi et deux, ou pendant les vacances scolaires, les propos de Xavier Darcos sur l'école maternelle, la diminution du nombre d’heures hebdomadaires de cours en seconde, la réforme des IUFM (instituts de formation des maîtres), les heures supplémentaires destinées à compenser les postes supprimés... Chacun avait sa raison de râler contre la politique d’un ministre qui ne "les écoute pas, ne les respecte pas". "Tous unis pour lutter, tous unis pour gagner", ont martelé les manifestants, outrés par le fait que l’Etat puisse "faire des économies sur le dos des enfants". Deux heures après l’arrivée du cortège devant le ministère de l’Education nationale, les professeurs étaient encore nombreux à scander "Darcos, démission". Les syndicats ont donné cinq jours au ministre pour ouvrir des négociations. En cas de non-réponse, de nouvelles actions devraient être programmées. L’ultimatum est lancé.

Le mouvement en province


Au total, entre 100.000 et 220.000 personnes ont protesté en France pour l’éducation. Combien de manifestants recensait-on dans les villes de province ?

A Marseille : de 5.000 à 11.000
A Lyon : de 6.000 à 10.000
A Nantes : de 5.000 à 10.000
A Toulouse : de 5.000 à 10.000
A Bordeaux : de 5.500 à 20.000
A Grenoble : de 5.700 à 9.000
Au Mans : de 3.400 à 6.000
A Rouen : de 2.500 à 5.000

Pour aller plus loin : Que devient la voie technologique dans le lycée réformé ? / Orientation en fin de troisième : la réforme du lycée facilite le rattrapage des erreurs / La réforme du lycée en 2012 / Rentrée 2010 : le lycée sous tensions / Luc Chatel : "Cela ne me choque pas qu’une famille sans problèmes financiers investisse dans des manuels pour ses enfants" / Réforme du lycée : si les élèves étaient ministre de l'Education nationale…

Sommaire du dossier
Retour au dossier La réforme du lycée au Journal officiel (mais que cela signifie-t-il ?) Réforme du lycée : Luc Chatel écrit aux parents d'élèves de troisième Réforme du lycée : un pas de plus de franchi Réforme du lycée : les matières gagnantes et les autres... Réforme du lycée : Luc Chatel dévoile votre futur emploi du temps La réforme du lycée se précise Luc Chatel : « Nous faisons cette réforme pour trouver une solution pour chaque élève sortant du secondaire » En tournée des lycées avec Luc Chatel Nicolas Sarkozy annonce la réforme du lycée Réforme du lycée : ce qui pourrait être proposé... Rentrée 2009 au lycée : rien de nouveau sous Luc Chatel Réforme du lycée : l’histoire secrète d’un raté Le ministre Xavier Darcos se met au Web 2.0 Orientation : Xavier Darcos passe à l'action Réforme du lycée : les conclusions de Richard Descoings Rapport Descoings sur le lycée : des réactions plutôt positives Le député Benoist Apparu présente sa réforme du lycée En tournée des lycées avec Richard Descoings Réforme du lycée : 123 établissements vont procéder à des expérimentations Nicolas Sarkozy veut rapprocher les lycées et les entreprises Réforme du lycée : Richard Descoings veut se pencher sur le bac STI Réforme du lycée : les lycéens de Saint-Lô déjeunent de nouveau à l’Elysée Lyceepourtous.fr, le site lancé par Richard Descoings, démarre gentiment Richard Descoings lance le blog lyceepourtous.fr Ce que vous réserve Xavier Darcos pour 2009 Réforme du lycée : et si les entreprises entraient dans les établissements ? Réforme du lycée : ce que Xavier Darcos attend de Richard Descoings Richard Descoings aux lycéens : "Vous ne me connaissez pas, mais jugez-moi sur mes résultats" Nicolas Sarkozy confie le lycée à Descoings et la jeunesse à Hirsch Réforme du lycée : une contre-manif virtuelle organisée sur Facebook Réforme du lycée : les discussions reprennent, les manifs aussi Xavier Darcos repart à zéro, les lycéens continuent Xavier Darcos repousse la réforme du lycée Journées d’actions multiformes contre les réformes de Darcos Jeudi 20 novembre 2008 : mobilisation réussie dans l’éducation Samedi 15 novembre : Xavier Darcos chahuté par des lycéens Pourquoi cette réforme du lycée ? Quel est le calendrier de la réforme du lycée et qui est concerné ? Quels changements pour la seconde ? Quels changements pour la première ? Quels changements pour la terminale et le bac ? Le redoublement va-t-il être supprimé ? Les lycéens seront-ils plus ou moins nombreux par classe ? La Finlande, un modèle à copier ?