Rentrée 2009 au lycée : rien de nouveau sous Luc Chatel

Par Virginie Bertereau, publié le 31 Août 2009
4 min

On prend (presque) les mêmes dossiers et on recommence. Les thèmes abordés lundi 31 août 2009 par Luc Chatel, le ministre de l’Education nationale, lors de la traditionnelle conférence de presse de rentrée étaient peu ou prou identiques à ceux présentés l’an dernier par son prédécesseur Xavier Darcos. Rénovation de la voie professionnelle, accompagnement éducatif, orientation, parcours de découverte des formations et des métiers, scolarisation des handicapés, valorisation du métier d’enseignant, etc. : Luc Chatel maintient le cap des réformes. Mais la méthode change. Le ministre de l’Education nationale et porte-parole du gouvernement – à qui le SNES (syndicats d’enseignants majoritaire dans le second degré) a reproché de faire beaucoup de communication – a insisté dès le début de la conférence : "L’écoute pour moi, ce n’est pas une posture. C’est une conviction forte. J’entends prolonger le dialogue. Mais dialoguer ne signifie pas renoncer à l’action. Je ne serai pas le ministre du statu quo. Pour autant, je ne serai pas le ministre des réformes "gadgets", "cosmétiques". La cosmétique, j'ai donné dans une autre vie", a ajouté cet ex-DRH chez L'Oréal.

La réforme du lycée présentée fin septembre 2009


Concrètement, quelles sont les grandes nouveautés au lycée ? Concernant le lycée général et technologique, il faudra être patient. Luc Chatel s’est gardé de donner des détails sur sa future réforme (celle-ci ne figurait même pas dans le dossier de presse), présentée comme "ambitieuse". Le ministre a indiqué qu’il attendait pour le 1er septembre 2009, dernier délai, les propositions des représentants d’enseignants, de parents d’élèves et de lycéens sur le rapport de Richard Descoings, le directeur de Sciences po chargé en janvier 2009 de la mission lycée par Nicolas Sarkozy. Dans la foulée, un travail d’échange devrait être effectué sur ces propositions. Fin septembre 2009, Luc Chatel devrait présenter l’architecture du nouveau lycée pour une entrée en vigueur à la rentrée 2010, comme prévu. Objectifs : réduire les inégalités, mieux préparer les lycéens à l’enseignement supérieur, les associer davantage à la vie de leur lycée et passer d’une orientation subie à une orientation choisie et réversible. Interrogé sur les suppressions de postes (13.500 à la rentrée 2009, 16.000 en 2010), le ministre a assuré que le taux d’encadrement (le nombre d’élèves par professeur) resterait constant. Celui-ci s’élève en moyenne à 11,6 dans le secondaire.

Quand Luc Chatel "copie" sur Xavier Darcos


Pour le reste, Luc Chatel marche sur les pas de Xavier Darcos. Après avoir été expérimenté en 2008, le bac pro en trois ans est généralisé. Objectifs : diminuer le nombre de sorties précoces du système éducatif (120.000 par an) et élever le niveau de qualification des jeunes. Les élèves peuvent bénéficier d’un accompagnement personnalisé. Des passerelles sont instituées à différents niveaux avec les voies générales et technologiques. Par exemple, des élèves de seconde ou première professionnelle peuvent rejoindre une première technologique.
Sur le thème de l’orientation, le parcours de découverte des métiers et des formations (de la cinquième à la terminale) est généralisé à tous les élèves. Idem pour les entretiens personnalisés d’orientation. Luc Chatel a également présenté deux mesures lancées sous Xavier Darcos : le "livret personnel de suivi" et le dispositif mis en place avec l’ONISEP (plateforme multimédia d’orientation et géolocalisation des formations).
A propos des cours, une petite nouveauté : en 2009, l’enseignement de l’histoire des arts devient obligatoire au collège et au lycée. Finalement, la grande différence entre les rentrées 2008 et 2009 reste l’apparition de la grippe A/H1N1. Un sujet sur lequel Luc Chatel s’est déjà exprimé de nombreuses fois durant l’été.

Formation des enseignants : l’autre sujet chaud de la rentrée


Cet été 2009, le ministère a publié les décrets (très contestés en hiver et au printemps) sur l’organisation des concours d’enseignement au niveau master 2. Les groupes de travail qui doivent fixer les dates d’admissibilité et d’admission, le contenu des maquettes des formations et celui des stages sont à présent en place. Pour en savoir plus sur la masterisation, rendez-vous sur educpros.fr.

Articles les plus lus

A la Une seconde

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !