1. Lycée : quelles spécialités choisir pour entrer en licence de psycho
Boîte à outils

Lycée : quelles spécialités choisir pour entrer en licence de psycho

Envoyer cet article à un ami
Les études de psychologie sont plus scientifiques qu'on ne le croit... // © plainpicture/Hero Images
Les études de psychologie sont plus scientifiques qu'on ne le croit... // © plainpicture/Hero Images

Élèves de seconde, tout s’accélère pour vous dès ce mois de janvier. Vous allez bientôt devoir choisir trois spécialités pour votre année de première. Si vous envisagez de poursuivre vos études en licence de psycho, voici quelques conseils.

"La psychologie est une matière à part entière qui n’est pas abordée au lycée. Il est donc très difficile de savoir quelles spécialités sont les plus adaptées", estime Jean-Pierre Thibaut, responsable des étudiants de première année de licence de psychologie à l’université de Bourgogne. Ainsi, vous avez donc l’embarras du choix ! À quelques détails près…

Lire aussi : Réforme du lycée : combinez vos spécialités comme vous le voulez

Les profils scientifiques ont plus de chance de réussir

En se basant sur les résultats des années précédentes, les bacheliers S réussissaient le mieux leur première année de licence jusqu'ici. Par exemple, à l’université de Bourgogne, 78 % d’entre eux valident leur année contre 63 % des bacheliers ES et 50 % des bacheliers L.

"Les bacheliers S sont mieux préparés, pas seulement parce qu’ils ont fait plus de sciences que les autres, mais aussi parce qu’ils ont mieux intégré la méthodologie", précise Jean-Pierre Thibaut.

Une démarche scientifique qui se rapproche de celle utilisée en psychologie. Notamment pour des matières comme les statistiques, les neurosciences, la neuropsychologie… "En arrivant en licence, les étudiants sont surpris d’avoir autant de cours tournés vers les sciences. Il faut bien se renseigner sur le programme des universités pour ne pas s’orienter sur des préjugés", encourage le responsable dijonnais.

Savoir se démarquer

Ainsi, envisager une spécialité scientifique (maths, physique-chimie ou SVT) serait une bonne option. Toutefois, pour Christophe Jarry, responsable de la licence 1 en psycho à l’université d’Angers, il n’y a pas vraiment d’acquis incontournables à valider au lycée. "Même si certains sont mieux préparés que d’autres, dans tous les cas, il faudra travailler parce la psycho est une matière nouvelle pour tous les étudiants", insiste-t-il.

Selon Galina Iakimova, la directrice du département de psychologie de l’université de Nice Sophia Antipolis, tous les profils ont leur chance : "La psycho fait vraiment la jonction entre le domaine scientifique et littéraire, les spécialités ne seront pas décisives pour entrer en licence."

Lire aussi : Réforme du lycée : quelles spécialités proposera votre établissement ?

Galina Iakimova recommande au contraire de se démarquer en choisissant des matières comme sciences de l’ingénieur ; numérique et sciences informatiques ou même langues, littératures et cultures étrangères. "Aujourd’hui, la psychologie est tournée vers les nouvelles technologies, notamment pour ceux qui se dirigent vers la psychologie ergonomique ou le métier de psychologue-cogniticien, souligne-t-elle.

Les compétences linguistiques comme l’anglais sont aussi très recherchées pour ceux qui continueront dans le domaine de la recherche scientifique."

Il n'y a pas que les notes !

D’ailleurs, si vous avez un métier bien précis en tête, cela peut aussi vous aiguiller dans le choix de vos spécialités. "Certains vont préférer l’enseignement, d’autres le domaine médico-social… Il faut penser aux options que proposent les universités (anthropologie, philosophie, neurosciences…) car le résultat ne sera pas le même pour tout le monde", prévient Galina Iakimova.

Lire aussi : Parcoursup : les attendus en licence de psycho

Dans l’ensemble, les enseignants se veulent rassurants. "Les lycéens ne doivent pas être découragés par le choix de leurs spécialités", confirme la directrice niçoise. Les notes du lycée sont déterminantes pour entrer en licence, mais la plupart des universités ont déjà instauré des parcours d’accompagnement. "Cela permet de réduire leurs lacunes pour mettre toutes les chances de leurs côtés", affirme Christophe Jarry.

Les responsables universitaires se rejoignent aussi sur un point : l’importance des compétences dites transversales. "L’attitude est très importante. On cherche des élèves autonomes, motivés et sérieux. Ils doivent savoir travailler en groupe, aimer les relations humaines, être à l’aise en français autant dans la rédaction qu’à l’oral. Toutes ces qualités sont essentielles en psychologie", affirme le responsable angevin.

Selon lui, ce sont ces compétences qui permettront aux étudiants de s’orienter plus facilement après la licence, "car tout le monde ne devient pas psychologue".