1. Boîtes à bac : comment ça marche ?
Décryptage

Boîtes à bac : comment ça marche ?

Envoyer cet article à un ami

Ces écoles privées hors contrat, qui accueillent des élèves découragés, se proposent de les remettre sur les rails grâce aux études dirigées et aux notes régulières, le tout dans une ambiance familiale. C’est à Paris que ces cours sont les plus nombreux.

On attend de ce type d’école un suivi plus personnalisé, afin d’aider le jeune à remonter la pente. Concrètement, une boîte à bac peut vous proposer un bulletin par semaine, une étude dirigée après les cours et des effectifs réduits : pas plus de 15 élèves par classe, ce qui leur permet de poser des questions en classe plus facilement et sans subir de pression en cas de mauvaise note. Autre avantage : la taille et l’indépendance de ces écoles leur permettent de s’adapter à presque tous les cas (horaires aménagés pour les enfants malades, par exemple).

Comment choisir son école ?


Fides, Hattemer, Molière, l’école Maigret, Saint-John-Perse, que nous avons visités, font montre d’un grand sérieux. Mais il est difficile de les évaluer selon des critères académiques. La Maison des examens ne divulgue pas leurs résultats au bac, qui peuvent varier de 30 % à 80 % de réussite selon l’école. Ces établissements ont les mains libres pour organiser leurs cours ou recruter leurs enseignants. D’ailleurs, d’après Anne Coffinier, créatrice du site creer-son-ecole.com, "seul le bac suffit pour y enseigner ou briguer le poste de directeur". Et pour les enfants de plus de 16 ans – ils ne sont plus soumis à l’instruction obligatoire –, l’inspecteur d’académie ne vérifie que le respect de l’ordre public, les bonnes mœurs et les règles sanitaires.

Peut-on se faire virer d’une boîte à bac ?


Le recrutement des élèves n’est pas très exigeant. "Certains élèves viennent carrément en touristes", raconte Véronique, qui a inscrit son fils au cours Molière. Mais il faut respecter des limites. "J’ai tout de même dû renvoyer des élèves pour indiscipline", souligne Benjamin Jarry, le directeur. À 15 par classe, un trublion peut vite plomber l’ambiance. Alors pour donner l’exemple, le cours Hattemer a affiché les photos des anciens élèves, qui vont de Brigitte Bardot à Jacques Chirac. Pour donner de l’espoir ?
Sommaire du dossier
Retour au dossier Boîtes à bac : comment ça marche ? Témoignage : Auguste, 18 ans : "Avec les boîtes à bac, j’ai repris confiance"