1. Lycée
  2. seconde
  3. Rentrée 2010 : le lycée sous tensions
Témoignage

Rentrée 2010 : le lycée sous tensions

Envoyer cet article à un ami

Réforme et suppressions de postes : les mots clés de la rentrée au lycée. Vous ne pouvez pas y échapper. Nous avons interrogé une vingtaine de professeurs et proviseurs, de lycées de toutes régions et tailles confondues, pour connaître leur sentiment à la veille de la reprise des cours et faire un état des lieux 2 ans après la rentrée tumultueuse de 2008.

Normale ou catastrophique ? Comment s’annonce la rentrée 2010 ? Si l’on en croit le ministère de l’Éducation nationale, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. La réforme du lycée ne modifie pas le taux d’encadrement. Nicolas Sarkozy s’y est engagé. Et selon L’état de l’école 2009, le tableau ne semble pas si noir. "En second cycle général et technologique, la taille moyenne des classes est maintenant revenue en deçà de 28 élèves", révèle le document du ministère. De plus, une classe est considérée comme "surchargée" au-delà de 39 élèves.

La réforme du lycée hors de cause


De fait, quand les syndicats de lycéens et de professeurs parlent de réforme destinée à réaliser des économies, le ministère répond : "Les 16.000 suppressions de postes prévues à la rentrée 2010 ne sont pas liées à la réforme du lycée, qui prévoit le même nombre d’heures par élève en seconde. Elles concernent des emplois d’enseignants stagiaires supprimés suite à la réforme de la formation des professeurs". Et cela parce que les lauréats des concours seront désormais directement affectés aux établissements après leur master. Du reste, une bonne partie des lycées que nous avons contactés sera préservée des économies de postes en 2010 grâce à l’augmentation de leur nombre d’élèves. Quand les proviseurs et les professeurs interrogés mentionnent des départs d’enseignants dans leur établissement, il s’agit souvent de remplacements non prolongés, de départs à la retraite ou de mutations, non remplacés.

Retours du terrain


Alors quoi ? Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ? La réalité est plus complexe... "Les statistiques du ministère sur l’encadrement restent des statistiques. Sur le terrain, ce n’est pas pareil", déclare un professeur de physique-chimie de Colmar (68). Tout dépend de la discipline, de l’activité proposée, du public. Et si les lycées sont plus ou moins épargnés par les suppressions de postes en 2010, les 5 dernières années n’ont pas été aussi clémentes. "Il y a 5 ou 6 ans, il fallait faire une demande pour obtenir un casier de professeur dans mon établissement. Aujourd’hui, nous avons 25 casiers fantômes, vides. Nous les utilisons pour ranger du matériel", témoigne Jean-Charles Fernandez, professeur d’anglais au lycée de Vauréal (95). Au total, l’addition s’élève à près de 50.000 postes en moins dans l’Éducation nationale depuis 2007. "Pire qu’en 2009, mieux qu’en 2011". Voilà comment un proviseur des Bouches-du-Rhône envisage la situation à la rentrée. 


Grève des profs pour la rentrée ?
Le SNES (syndicat des enseignants du second degré, majoritaire) appelle les personnels à la grève les 6 et 7 septembre 2010. "La grève du lundi 6 septembre, premier jour de fonctionnement normal des établissements et jour de la rentrée de tous les élèves, répond à une situation exceptionnelle de crise où le système éducatif, et notamment le second degré, est attaqué comme jamais (budget, réformes, gestion des personnels...)", a expliqué le syndicat dans un communiqué.

Pour aller plus loin : Rentrée 2010 : les secrets de fabrication des manuels scolaires / Nouveautés de la rentrée au lycée : Luc Chatel occupe le terrain / Luc Chatel : "Cela ne me choque pas qu’une famille sans problèmes financiers investisse dans des manuels pour ses enfants" / La réforme du lycée décryptée

Sommaire du dossier
Lycée : des conditions de travail dégradées Lycée : la réforme sème la zizanie chez les professeurs Lycée : les heures supplémentaires en question Lycée : encore des zones d’ombre pour la rentrée 2011