La spécialité biologie-écologie en un clin d’œil

Par Camille Jourdan, publié le 07 Septembre 2022
4 min

En lycées agricoles, la spécialité biologie-écologie aborde l’environnement et la santé sous le prisme de la biologie. Elle s’adresse à des profils scientifiques, qui se destinent à des métiers dans l’agronomie, l’écologie ou encore la santé, humaine ou animale.

La spécialité biologie-écologie n'est proposée qu'en lycée général agricole, le plus souvent à la place de la SVT. Elle représente quatre heures de cours par semaine en première, puis six heures en terminale.

Le programme de la spécialité biologie-écologie

Chacune des deux années, le programme se divise en deux grandes parties : les enjeux environnementaux contemporains et les enjeux de santé contemporains.

Elles permettent d’aborder de nombreux thèmes, en gardant toujours en tête l’aspect de l’impact environnemental. Vous parlerez ainsi des habitats et de la reproduction des plantes et des animaux, tout en étudiant les causes, humaines ou naturelles, de l’érosion de la biodiversité.

Lire aussi

Côté santé, l'année de première est axée sur l’alimentation – l’équilibre alimentaire, la digestion, les pathologies comme le diabète –, l’activité physique – les accidents musculosquelettiques, le dopage – et la génétique, où seront notamment évoqués les organismes génétiquement modifiés (OGM). En terminale, les effets des substances psychoactives sont au programme, ainsi que le système immunitaire, avec les allergies ou l’antibiorésistance.

Outre les cours magistraux, la biologie-écologie passe aussi par des observations sur le terrain, par exemple la visite d’une ferme agroécologique ou une sortie pour repérer des espèces invasives.

Vous serez aussi amené à aller en laboratoire pour observer des cellules ou procéder à des dissections. Cette spécialité vise à développer votre démarche scientifique et votre capacité à mettre en place un protocole expérimental afin de vérifier des hypothèses.

Lire aussi

Les épreuves de la spécialité biologie-écologie

Si vous abandonnez la spécialité en fin de première, vous serez évalué en contrôle continu, au coefficient 8.

Lire aussi

Si vous poursuivez la spécialité en classe de terminale, l’épreuve, notée au coefficient 16, se divisera en deux parties : un écrit de trois heures trente, noté sur 15 points, et une épreuve pratique, notée sur 5 points.

Comme en SVT, l'épreuve écrite est composée de deux exercices. Dans le premier, vous devrez répondre à une problématique scientifique, principalement en utilisant vos connaissances, mais aussi vos expériences sur le terrain. Dans le second, on attend de vous un raisonnement scientifique, s’appuyant sur un ensemble de documents et répondant également à une problématique. Dans les deux exercices, vous devrez utiliser un vocabulaire adéquat.

Durant l'épreuve pratique, l’examinateur évaluera vos compétences expérimentales et votre capacité à suivre un protocole.

Lire aussi

Les débouchés de la spécialité biologie-écologie

Cette spécialité peut vous conduire vers de nombreuses voies ayant une dimension scientifique, écologique ou les deux. Les métiers de l’agronomie, en passant par une école d’ingénieurs, mais aussi par une faculté de biologie ou de SVT, sont une possibilité.

Lire aussi

Mais vous pouvez également vous diriger vers l’aménagement du territoire, avec une faculté de géographie, ou encore vers les métiers du sport et, ou, de la santé, avec une licence de Staps, ou même un BUT ou un BTS en diététique. Cette spécialité ouvre aussi la porte vers les prépas aux concours vétérinaires.

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une spécialités

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !