1. "À la fac avant le bac" : quand les lycéens se mettent dans la peau des étudiants
Reportage

"À la fac avant le bac" : quand les lycéens se mettent dans la peau des étudiants

Envoyer cet article à un ami
Les lycéens de la région de Bordeaux découvrent les cours de l'université. // © Pauline Bluteau
Les lycéens de la région de Bordeaux découvrent les cours de l'université. // © Pauline Bluteau

VIDÉO. "À la fac avant le bac", c’est le programme que propose l’université de Bordeaux à 35 lycées de la région. Pendant quelques heures, les élèves de première et de terminale suivent les cours des étudiants en première année. Retour en images sur cette journée d’immersion.

10 h 45, le 13 novembre : le cours en PACES (première année commune aux études de santé) commence à l'université de Bordeaux. Au programme : les différentes phases des essais cliniques sur l’homme.

Pour ce premier cours de la journée, environ 70 lycéens sont présents. "L’objectif est qu’ils aient tous les éléments pour choisir en connaissance de cause", souligne Isabelle Rondot, la vice-présidente en charge de l’orientation et organisatrice de l’événement.

Anticiper l'avenir le temps d’une journée

Rassurant, excitant et intéressant pour certains, ennuyeux et intimidant pour d’autres, ce cours d’une heure a éveillé la curiosité des lycéens. "Moi qui voulais entrer en PACES, je n’ai plus du tout envie d’y aller. Je ne m’attendais pas à ça", raconte une élève de terminale S. "Au contraire, j’ai trouvé le cours super intéressant, c’est ce que je veux faire", réagit une autre.

À bas les clichés sur la fac !

Pour Isabelle Rondot, cette journée doit ouvrir les yeux des futurs étudiants : "Ils font face à la réalité, tant sur les conditions de travail que sur la formation qu’ils visent." Cette journée d’immersion a donc surtout permis aux lycéens de faire disparaître leurs craintes et les clichés sur la fac.

Test : Êtes-vous fait(e) pour suivre des études à l'université ?

"On assimile souvent l'université à une punition ou un échec, mais on veut leur montrer que plusieurs options s’offrent à eux l’année prochaine", conclut un étudiant en première année d’informatique.