1. L’orientation à la fac, est-ce facile ?
Boîte à outils

L’orientation à la fac, est-ce facile ?

Envoyer cet article à un ami


Choisir la discipline dans laquelle on s'inscrit à l'université n'est pas chose aisée et les étudiants de licence sont nombreux à se dire qu'ils ne se sont pas engagés dans la bonne voie.
Depuis la mise en place du LMD, le système s'est vraiment assoupli, de manière à faciliter les réorientations (changement de filière ou de fac). Dans tous les cas, faites-vous accompagner pour trouver la filière adaptée.

Changer de filière

Le taux d'échec des étudiants de première année de licence à l'université est d'environ 50%. Un chiffre qui s'explique par le manque de travail, un niveau trop faible ou l'absence de goût pour la matière. Car, pour réussir dans une discipline, il faut y trouver du plaisir. Si vous sentez que vous vous êtes mal engagé, la réorientation peut être une solution.

fleche-rouge Un système moins cloisonné qu'il n'y paraît

"Les parcours sont en réalité assez ouverts : l'organisation universitaire est moins rigide qu'elle n'y paraît. Si bien que l'on n'est pas obligé de se dire qu'il faut absolument savoir d'emblée ce que l'on veut faire", rappelle Marguerite Dumas, directrice du SUIO de l'université Aix-Marseille 1.
Les services de scolarité, qui vous renseignent sur toutes vos démarches administratives, sont vos interlocuteurs pour vos changements d'orientation ou vos transferts.

Les bureaux d'orientation peuvent aussi vous donner des pistes pour changer de voie. "Il est impératif d'être présent aux premières journées de la rentrée. Souvent les étudiants en font l'économie, estimant que c'est inutile et rasant. Mais c'est à ce moment-là que sont données toutes les informations sur les doubles inscriptions, les changements d'orientation, etc.", insiste Marguerite Dumas.

fleche-rouge Bien choisir sa mineure

Le moyen le plus simple de se ménager une porte de sortie est de bien choisir sa "mineure". Cette deuxième discipline permet de se donner un an pour confirmer son choix. En effet, si vous vous inscrivez en histoire en choisissant l'anglais comme mineure, vous pourrez passer indifféremment en deuxième année d'histoire ou d'anglais.

Restez tout de même vigilant car, dans certaines facs, le choix des mineures est restreint : toutes les combinaisons ne sont pas possibles. Le développement de licences pluridisciplinaires facilite également les réorientations.
Enfin, il est bien sûr plus simple de changer de cursus après avec une année réussie que si l'on a échoué aux examens.

Quand se réorienter

Si dès la rentrée vous avez le sentiment d'avoir fait le mauvais choix, il est encore possible d'annuler votre inscription durant les premiers jours de l'année.
D'une manière générale, dans le cadre de l'orientation active, les étudiants sont accompagnés de la préinscription jusqu'à la fin de la première année pour un éventuel changement d'orientation. Les universités ont aussi souvent aménagé des passerelles en cours de première année.

La majorité des facs a instauré des dispositifs d'examen systématique des résultats des étudiants en fin de premier semestre et met en place des commissions de réorientation. Certaines conçoivent des actions spécifiques, comme l'université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.
Grâce au dispositif ABRI (Accompagnement, bilan, réorientation, insertion) les étudiants pour lesquels les équipes pédagogiques ont identifié des difficultés et des mauvais résultats peuvent y bénéficier d'un bilan de la direction de la réussite et de l'insertion professionnelle (DRIP).

"Le but est de faire en sorte que l'étudiant puisse commencer à se former sur des modules liés à son prochain parcours, sans devoir attendre le semestre ou l'année suivante pour débuter vraiment sa réorientation. Il s'agit de modules de transition et de découverte", précise Françoise Chambre, directrice de la DRIP. Les bureaux d'orientation sont là pour répondre à vos questions.

Changer d'établissement

Changer d'université est une procédure administrative. Cela se fait aisément si vous avez réussi vos examens. Vous validez alors des crédits qui attestent votre formation : elle peut ainsi être reconnue dans n'importe quelle fac, en France ou à l'étranger.
Dès mai-juin, vous devez vous renseigner sur les modalités d'accueil de la fac où vous souhaitez vous inscrire. Après l'accord de l'université d'accueil, vous devrez demander à l'université d'origine de procéder au transfert de votre dossier.

Vous pouvez aussi choisir de quitter la fac si cet environnement ne vous convient pas et passer le concours d'une école spécialisée – de journalisme, de mode, d'audiovisuel, etc.
Quant aux écoles de commerce, certaines se sont regroupées pour recruter par admission parallèle des bac+2 (banques d'épreuves Tremplin 1, Passerelle 1) ou des bac+3 bac+4 (Tremplin 2, Passerelle 2).

À consulter aussi

Quelle filière après mon bac L ?
Quel BTS après un bac L ?
Bac L : je suis fort en langues, quelles études postbac ?

La fac après mon bac L
Après un bac L : l'université, c'est comment ?
Après un bac L, puis-je suivre des études d'art à la fac ?

Quoi d'autre, après mon bac L ?
Après un bac L : que faire si je ne veux pas aller à la fac ?
Intégrer Sciences po avec un bac L
Intégrer une prépa après un bac L : ce qu'il faut savoir
Quelle insertion professionnelle après un bac L ?

Sommaire du dossier
Retour au dossier L’orientation à la fac, est-ce facile ? Comment choisir sa filière à la fac après un bac L ? L’orientation à la fac : les matières enseignées à la fac sont-elles les mêmes qu’au lycée ? Après un bac L : choisir sa filière, c’est envisager un métier Choisir sa filière après un bac L : un parcours généraliste ou spécialisé ? L’orientation à la fac : la spécialité choisie en terminale L est-elle déterminante pour la suite ? L’orientation à la fac : j’aime la littérature, dois-je choisir lettres classiques ou lettres modernes ?