1. Lycée
  2. terminale
  3. Bac ES : l’avantage de la polyvalence
Boîte à outils

Bac ES : l’avantage de la polyvalence

Envoyer cet article à un ami

La majorité des titulaires du bac ES choisissent d’aller à l’université, pour laquelle ils sont bien préparés… Mais une école de commerce ou un DUT leur apportent aussi d’excellentes garanties d’insertion.

Pluridisciplinaire, le bac ES permet d’acquérir de solides compétences dans un registre étendu de disciplines : abstraction, logique, capacités d’analyse et de synthèse, maîtrise de la dissertation, bonne culture générale. Pas étonnant que les titulaires du bac ES constituent d’excellentes recrues pour l’université, mais pas seulement…

Les ES aiment la fac : 52 % s’y inscrivent une fois le bac en poche. Leurs filières de prédilection ? Le droit et les sciences politiques (où ils représentent plus de 35 % des effectifs), les sciences économiques (presque 38 % des inscrits sont issus de cette série), la filière AES (administration économique et sociale, plus de 39 % des inscrits). Ils sont aussi très nombreux en sciences humaines et sociales, en langues et en lettres. Et l’université leur réussit : plus de 76 % d’entre eux décrochent leur troisième année de licence du premier coup, au lieu de 67 % pour l’ensemble des inscrits.

Ceux qui n’optent pas pour la fac se dirigent vers des filières tertiaires courtes et sélectives à l’entrée, type DUT (diplôme universitaire de technologie ; pour presque 12 % d’entre eux) ou BTS (brevet de technicien supérieur ; 10 %), dans les spécialités du commerce, de la gestion, des carrières sociales… Là encore, ils enregistrent les meilleurs résultats : 76 % réussissent leur DUT du premier coup (contre 69 % pour l’ensemble des candidats), et presque 81 % leur BTS (contre 67 %). Pour certains, ces filières constituent une alternative aux prépas pour accéder aux grandes écoles de commerce et de gestion.

Une poignée de bacheliers ES (5 % seulement) entrent dans une école de commerce et gestion juste après le bac. Le coût souvent élevé de ces formations privées explique sans doute ce flux modeste. Et ils sont finalement moins de 5 % à opter pour la prépa HEC (option économique), voie royale vers les grandes écoles de management. Dommage, car ces élèves sont quasi assurés d’être admis dans une grande école.

Pour aller plus loin : Réussir son orientation en fin de seconde / Après un bac L : l’orientation à la fac / Bac S : l’embarras du choix

Sommaire du dossier
Bac ES : les filières qui marchent Bac ES : les secteurs qui recrutent Bac ES, les dangers Bac ES : conseils d’ancien