1. Bac STI : l’atout technique
Boîte à outils

Bac STI : l’atout technique

Envoyer cet article à un ami

Habitués à étudier des sujets concrets, les bacheliers STI se sentent à l’aise dans les filières courtes comme les BTS ou les DUT. Avec, à la clé, des perspectives d’emploi dans les secteurs industriels.

Malgré le passage au système LMD (licence, master, doctorat), les recruteurs apprécient encore particulièrement les diplômés de niveau bac + 2. Une aubaine pour les titulaires du bac STI, qui se dirigent massivement vers les BTS et les DUT. Néanmoins, ils sont de plus en plus nombreux à envisager de poursuivre leurs études à l’issue de ces cursus. Mais gare à bien jauger son niveau avant de se lancer !

Plus d’un STI sur deux choisit de poursuivre ses études en BTS. Avec raison ! Ces formations à vocation professionnelle sont particulièrement adaptées à leur profil. Dans les spécialités les plus répandues comme l’électronique, l’informatique ou la mécanique, la sélection à l’entrée reste assez faible. En moyenne, sept étudiants sur dix obtiennent leur diplôme. Mais dans certaines spécialités comme l’électrotechnique, la conception de produits industriels ou les systèmes électroniques, les taux de réussite frôlent les 80 %. Mention spéciale pour le BTS mécanique et automatisme industriels, dont le taux de réussite a atteint les 82 % l’année passée.

Autre voie de prédilection pour les bacheliers STI : les IUT. Environ 15 % d’entre eux s’y dirigent à l’issue des études secondaires. Deux spécialités sont très prisées : génie industriel et maintenance, et génie électrique et informatique industrielle. La sélection y est plus forte qu’en BTS. Seul un candidat sur deux environ est admis, et près de 70 % des étudiants décrochent leur DUT en deux ou trois ans.

Réservées aux meilleurs élèves de STI, les prépas TSI (technologies et sciences industrielles) donnent accès à près de 70 écoles d’ingénieurs. En 2008, 728 "taupins" se sont inscrits aux concours, pour 442 places. La plupart des recalés choisissent de redoubler et ont de bonnes chances d’intégrer une formation d’ingénieurs à l’issue de leurs trois années de prépa.

Pour aller plus loin : Réussite à la fac après un bac STI, STL, ST2S : des facultés plus ou moins mobilisées / Quelles études après son bac ST2S, STL, STI ?

Sommaire du dossier
Bac STI : les filières qui marchent Bac STI : les secteurs qui recrutent Bac STI : les dangers Bac STI : conseils d’ancien