1. Lycée
  2. terminale
  3. Les étudiants de Sciences po : "Adieu Richie"

Les étudiants de Sciences po : "Adieu Richie"

Envoyer cet article à un ami

Dans les couloirs de Sciences po, Richard Descoings, c’était "Richie". "Il était l’emblème de l’école, aucun autre directeur de grande école n’a incarné son établissement à ce point." Ce matin, Aurélien, étudiant en 2e année, est encore un peu hébété par la mort brutale du patron de l’Institut d’études politiques de Paris, annoncée mercredi 4 avril 2012. Il vient d’assister, comme environ 500 élèves, au discours d’Hervé Crès, le directeur des études, qui fut suivi d’une minute de silence.

Réunis dans le jardin verdoyant de l’IEP, où trônent deux portraits de Richard Descoings entourés de bouquets de fleurs, les étudiants évoquent tous un directeur "très populaire" et "charismatique". Julien, en 1re année, parle même d’un "mythe qui s’en va".

 

Un directeur qui a redoré le blason de sciences Po

Beaucoup saluent son activisme en matière de réformes. Sont citées pêle-mêle les conventions ZEP, la modulation des frais de scolarité selon les revenus des parents, l’augmentation des effectifs, la transformation de certains masters en écoles (école de journalisme, de communication…). "Le résultat, c’est qu’il a fait de Sciences Po une école plus créative, moins parisienne et moins coincée", juge Olivia, en 1ère année.

 L’ouverture à l’international de Sciences po est également associée à son règne de 16 ans à la tête de l’institut : 3e année obligatoire à l’étranger, multiplication des partenariats, recrutement massif d’étudiants internationaux… "L’année prochaine, je pars un an à l’université de Kyoto, et quelque part, c’est grâce à lui", glisse Aurélien.

 

Un directeur très proche

Si Richard Descoings était populaire, c’était aussi parce qu’il cultivait une proximité avec ses élèves. Il a longtemps tenu un blog, puis est devenu très actif sur Facebook. "On était tous 'amis' avec lui", assure Julien, en 1ère année. Sur sa page, le directeur dialoguait presque tous les jours avec élèves et diplômés, répondait aux commentaires, partageait des photos – jusqu’à des clichés de ses vacances !

 

 Hommage au directeur de Sciences po dans le BDE (bureau des élèves)

Il était aussi présent dans l’établissement. "La semaine dernière, Paris a remporté le Crit, la compétition sportive inter-IEP. Lorsque l’équipe est rentrée, elle s’est mise à crier « on veut Descoings » en chœur. Leur étendard, c’était un portrait du directeur", raconte Olivia, en 1re année.

"La dernière image que je garderai de lui remonte à quelques jours. Il était venu applaudir l’équipe de street danceurs qu’on avait amenée dans le jardin, dans le cadre de la campagne du BDE", évoque Gaetan, en 1re année lui aussi.

 

Un directeur enthousiaste

Son enthousiasme à toutes épreuves est également salué par les étudiants. "Dans ses discours de rentrée : il était très inspirant, c’était un grand orateur", assure Thomas, en 5e année.

 

Une minute de silence a été observée ce matin à Sciences po

Même discours chez Louis, étudiant à l’école de journalisme, "alors que beaucoup nous tiennent un discours pessimiste sur l’avenir et les débouchés de cette profession, il voulait nous donner envie. Il nous disait : allez-y, éclatez-vous, vous allez faire un super métier".

 Une personnalité contestée

Mais Richard Descoings était aussi un directeur contesté, qui "suscitait souvent la polémique", reconnait Thomas. Le débat sur son salaire jugé excessif, ou encore l’audit, relevé par Mediapart, questionnant ses méthodes de management parfois très "personnelles" reviennent dans les conversations entre étudiants.

Aurélien, militant Unef, se rappelle de négociations "très tendues" sur la réforme du concours d’entrée, applicable en 2013. "Ça a vraiment chauffé quand il a voulu rendre la note d’oral de langue éliminatoire… Il avait un sens particulier du compromis", sourit-il. Admiré ou raillé, il a dans tous les cas marqué fortement les élèves de l’IEP.

Jessica Gourdon
4 avril 2012

 

> À lire sur Educpros :

- Lire la biographie de Richard Descoings
- Sciences po Paris : l'héritage de Richard Descoings


> À lire sur Letudiant.fr :
- Les "20 ans" de Richard Descoings : "Au lycée, ma prof principale me disait incapable de suivre dans les classes supérieures"
- Vidéo : Richard Descoings : "Sciences po est une université sélective "
- La rubrique Sciences po sur letudiant.fr
 

> À suivre : le Live sur Lexpress.fr
 

Crédit photo : Jessica Gourdon