1. Échec scolaire : les signes avant-coureurs du décrochage
Décryptage

Échec scolaire : les signes avant-coureurs du décrochage

Envoyer cet article à un ami

Quelque 150.000 jeunes quittent l'école sans diplôme. Cette rupture se produit le plus souvent en passant du collège au lycée. Ennui en cours, notes décevantes, sentiment d'incompréhension, d'isolement, voire d'humiliation… découvrez les raisons qui poussent certains à décrocher, pour mieux les repérer.

Si le processus qui aboutit à décrocher de l’école sans aucun diplôme est lent et complexe, il est néanmoins ponctué de quelques signes avant-coureurs qu’il faut apprendre à décrypter. Tour d’horizon des signaux qui doivent vous donner l’alerte.

En écoutant les témoignages de jeunes qui ont abandonné leurs études, généralement en fin de troisième ou début de seconde, les mêmes plaintes résonnent concernant des notes humiliantes, des regards dévalorisants, le sentiment de ne pas être à sa place… En bref, la description d'une véritable souffrance scolaire. Alors, pour prévenir le décrochage, sachez repérer les signes et les situations qui marquent un malaise.
  

D’abord des résultats qui fléchissent…

“Avant de décrocher totalement, un élève décroche ‘de l’intérieur’, c'est-à-dire en restant dans sa classe, seul avec ses difficultés”, souligne Armelle Barral, enseignante aujourd’hui à la retraite qui a été la coordinatrice du “Lycée choisi du temps choisi” au sein du lycée Jean-Lurçat, à Paris (et par ailleurs prof principale de première à VDL, le lycée virtuel de letudiant.fr). Autant dire que les premiers indicateurs sont liés aux apprentissages : des difficultés à organiser et à gérer son travail, notamment à la maison, une baisse de concentration, un manque de motivation et des résultats scolaire qui chutent.

“Plutôt qu’être brimé, un élève en difficulté scolaire a besoin d’être encouragé, par ses profs comme par ses parents. Et souvent cela passe par un soutien qui consiste à lui apprendre à apprendre”, estime l'enseignante.
  

Gare aux éventuels accrocs dans le parcours scolaire
  

“Qu’il s’agisse d’un élève ayant du mal à accepter une orientation ou qui a été malade et qui du coup a du mal à récupérer, toute difficulté rencontrée en cours de scolarité peut amener à décrocher”, poursuit-elle. Une absence prolongée pour raison médicale, un redoublement mal vécu, une orientation non choisie… les accrocs dans un parcours scolaire sont à surveiller et à accompagner de près.


Un comportement qui change, un besoin d’être rassuré
  

Enfin, c’est évidemment la manière de se comporter dans l’établissement qui doit éveiller l’attention sur un élève en risque de décrochage. Le tableau est connu : des retards puis des absences qui se multiplient, des troubles de la sociabilité (plus envie de fréquenter le CDI, le foyer des élèves, les clubs…), un repli sur soi dans la classe, une agressivité qui s’installe, des sanctions qui s’accumulent pour indiscipline…

“Si les enseignants comme les parents ont évidemment là un rôle à jouer, souligne Armelle Barral, quand il a y un refus du monde adulte, le rôle des copains/copines est très important pour redonner confiance, pour que l’élève en difficulté se sente entouré, rassuré.”


Se sentir tous concernés

Ces différents signes qui sont souvent associés doivent alerter. Mais aucun en soi ne permet de prévenir le décrochage à coup sûr. Car il intervient le plus souvent à l’issue d’un processus qui est complexe et souvent difficile à repérer, avec des signes diffus. C’est pourquoi, il nécessite une vigilance de tous : enseignants, personnels de vie scolaire, équipe médico-sociale, parents et… camarades de classe.
Sommaire du dossier
Retour au dossier Échec scolaire : les signes avant-coureurs du décrochage