1. #EnTerminale : avant Noël, les yeux rivés vers le bac blanc et Parcoursup
Témoignage

#EnTerminale : avant Noël, les yeux rivés vers le bac blanc et Parcoursup

Envoyer cet article à un ami
Corentin, Juliette, Mattéo et Marine racontent leur année de terminale. // © Photos fournies par les témoins
Corentin, Juliette, Mattéo et Marine racontent leur année de terminale. // © Photos fournies par les témoins

TIMELINE. ÉPISODE 2. Le premier trimestre s’achève pour Corentin, Juliette, Marine et Mattéo. Une période qui les a déjà plongés dans le rythme des révisions et des devoirs sur table. Mais à peine les vacances de Noël passées, les choses sérieuses approcheront : les bacs blancs et surtout Parcoursup ! Cela peut être stressant, ou pas du tout.

Trois mois après leur entrée en terminale, nos quatre lycéens ont vu le rythme s’accélérer. Que ce soit au niveau de leur orientation avec Parcoursup ou des révisions du bac, leurs projets prennent de l'ampleur. Plutôt sereins, Corentin, Juliette, Marine et Mattéo gardent en tête qu'il s'agit d'une année décisive.

Le bac blanc, qui se tiendra en janvier ou février, viendra rappeler que les choses sérieuses ne commencent que dans quelques mois. Quant à l'ouverture imminente de Parcoursup, elle résonne comme le tic-tac des choix d'orientation ! Une échéance que les élèves préfèrent anticiper que subir, mais chacun à leurs manières.

Lire aussi l'épisode 1 : #EnTerminale : Une rentrée intense et Parcoursup déjà en vue

Corentin, en terminal L : "J'étais un peu en sous-régime jusque là !"

Corentin, en terminale L. // © Photo fournie par le témoin

"Le conseil de classe nous a fait un retour collectif. Ils disent de la classe qu'elle travaille bien en dehors des cours, mais que ça manque de participation. En fait il y a trop de petits groupes, donc l’ambiance est un peu lourde et ça gêne les profs, ils préféreraient une classe qui n’a pas peur de parler.

De mon côté, j’ai 12 de moyenne cette année. J’aurais préféré avoir plus, mais ça passe. J’étais un peu en sous-régime jusque-là et je passe à côté de bonnes notes que je pourrais avoir assez facilement. Je vais travailler encore plus à la rentrée. Et mon bac blanc sera fin janvier, début février. Pour le vrai bac, je commence à avoir un tout petit stress, surtout pour les oraux.

Je ne suis pas encore allé sur Parcoursup, mais ça ne me stresse pas plus que ça. Par contre, les rendez-vous avec les conseillères d’orientation sont très prisés, d’autant qu’elles ne sont pas là tous les jours. Le mien sera après les vacances scolaires."

Corentin, en terminale L au lycée René Cassin à Montfort-sur-Meu (35) souhaite toujours devenir journaliste et a commencé à se renseigner sur les écoles. Il espère que les conseillères d'orientation l'aideront à y voir plus clair. En dehors du journalisme, il a une seule autre idée : être professeur des écoles.

Juliette, en terminale S : "Je vais certainement postuler en école d’ingénieurs"

Juliette, en terminale S. // © Photo fournie par le témoin

"Je me concentre beaucoup sur mon orientation, mais je dirais que je travaille quand même beaucoup pour le bac, il faut que j’ai de bons résultats. J’ai reçu les compliments du conseil de classe pour ce trimestre, il n’y a qu’en physique où je n’ai pas la moyenne.

D’ailleurs, avant qu’ils ne se réunissent, nos profs nous ont fait remplir une fiche pour qu’on exprime notre projet d’orientation. Pour moi, ce sera plutôt les écoles d’ingénieurs. La CPE m’a affirmé que je n’avais pas un profil pour faire un DUT, mais plutôt une prépa.

Sauf que ça ne me plaît pas du tout ! Je trouve que c’est une formation très générale, or, il y a des matières comme l’histoire que je ne veux plus étudier après le lycée. Mes parents m’ont accompagnée aux portes ouvertes d’une école d’ingénieurs et ça semble me correspondre. J’ai aussi demandé conseils à ma prof de maths et elle m’a beaucoup aidée. Mais je vais quand même aller visiter les universités et les prépas autour de chez moi pour être sûre de mon choix."

Pour les vacances de Noël, Juliette, en terminale S au lycée Les Pierres Vives à Carrière-sur-Seine (78), a déjà prévu son planning de révisions en vue du premier bac blanc qui se déroulera en janvier prochain.

Lire aussi : Parcoursup : zoom sur les principaux cursus accessibles après le bac

Marine, en terminale gestion des administrations : "L’orientation commence à me décourager"

Marine, en bac pro. // © Photo fournie par le témoin

"Depuis les vacances de la Toussaint, je n’ai pas mis les pieds au lycée : j’étais en stage, c’est toujours mieux que l’école ! J’ai travaillé sur le développement d’un projet de vélos électriques pour la ville, c’était très intéressant.

En parallèle, le lycée avait aussi organisé une journée sur un salon d’orientation à Toulouse. Malheureusement, cela m’a plus découragée qu’autre chose. J’ai rencontré des responsables de BTS qui m’ont affirmé qu’il était difficile d’intégrer ces formations pour des bacheliers professionnels comme nous. Nos profs nous disent complètement le contraire donc je suis perdue. C’est décevant parce que j’aimerais faire plein de choses l’année prochaine, j’ai des idées mais on dirait que le choix de notre bac est un frein aux études supérieures.

Je pense qu’on va travailler concrètement sur notre orientation à la rentrée avec nos profs en vue de l’ouverture des inscriptions sur Parcoursup. Pour l’instant, j’ai suivi leurs consignes : assurer un bon premier trimestre et j’en suis plutôt satisfaite."

Pour Marine, 17 ans, en terminale gestion des administrations au lycée Clément Marot à Cahors (46), les recherches se poursuivent, même si, selon elle, l’inscription en BTS est la meilleure option. Ses vacances ne seront pas de tout repos puisqu’elle devra à la fois allier son job de vendeuse à domicile et rattraper tous les devoirs que les enseignants ont donné pour la rentrée.

Lire aussi : Parcoursup : comment vous inscrire en BTS ou DUT ?

Mattéo, en terminale STI2D : "J'ai déjà tout prévu pour Parcoursup"

Mattéo, en terminale STI2D. // © Photo fournie par le témoin

"J’ai eu les compliments du conseil de classe ! Il n’y a qu’en maths où je dois augmenter un peu ma moyenne, sinon, je suis 4e de ma classe.

J’ai fait un stage dans une entreprise d’assurances pendant les vacances de la Toussaint, à la maintenance informatique.
Cela m’a plu. Ils m’ont montré comment gérer des crises et j’ai appris à travailler en équipe et en projet, ce qui m’aide pour les cours d’Itec (Innovation technologie et éco-conception), qui est coefficient 12 au bac.

Je souhaite toujours être ingénieur et je fais des portes ouvertes. Du coup, Parcoursup ne me stresse pas : je sais à quels concours je vais me présenter en fonction des écoles où je veux aller. Je sais quels vœux et quels sous-vœux je vais faire. En gros, j’ai déjà tout prévu. J’ai fait mes préférences en fonction de ce qui est attractif à l’école, quelles majeures je préfère, la distance par rapport à chez moi, etc.

À la maison, j’essaie d’être plutôt malin, voire rusé, pour travailler quand il faut et le moins possible ! Par exemple, je fais de grosses révisions le week-end et je relis quinze minutes la veille d’un contrôle. J’espère que ça continuera comme ça, je vais essayer de grappiller la 3e place, ou la 2e. J’essaie d’être ambitieux, mais pas trop non plus."

Mattéo, 17 ans, en terminale STI2D à l’Institut Notre-Dame à Sannois (95) vise la mention très bien au bac. Il a fait un pari avec ses parents : s’il a la mention TB, un de ses parents devra aller devant l’école de son choix avec une pancarte disant: "Prenez mon fils !"

Lire aussi : #EnTerminale : suivez nos quatre lycéens à l'épreuve du bac et de Parcoursup