1. ISOstéo Naturo Lyon : la première formation post-bac en naturopathie de France
Partenariat

ISOstéo Naturo Lyon : la première formation post-bac en naturopathie de France

Envoyer cet article à un ami
 // © Adobe Stock
// © Adobe Stock

Jusqu’à présent, il n’existait aucune école permettant de se former au métier de naturopathe juste après le bac. Mais à compter de septembre 2020, 24 bacheliers pourront intégrer l’école ISOstéo Naturo à Lyon Écully. Une formation de niveau bac + 5 qui permettra aux diplômés d’acquérir un solide socle de compétences théoriques, pratiques, mais aussi cliniques, et ainsi de se lancer dans la vie active avec confiance.

Pourquoi une école post-bac ?

Jusqu’alors, les centres de formation en naturopathie ont toujours proposé des formations professionnelles ou continues courtes (entre 900 et 1 200 heures), certaines par correspondance. Si ce format est bien adapté aux adultes en reconversion ou aux professionnels de santé désireux d’étoffer leurs connaissances, il faut répondre à la demande spécifique des jeunes bacheliers déterminés à embrasser la profession.

En créant un enseignement supérieur de niveau bac + 5, ISOstéo Naturo ambitionne d’accroître la légitimité de la naturopathie en proposant aux bacheliers de suivre 4 000 heures de formation théorique, pratique et clinique. « La WNF (Fédération mondiale de naturopathie) invite les naturopathes français à réaliser des formations longues (3 600 heures) et de qualité, sur des bases scientifiques solides. De notre côté, nous voulons vraiment que nos étudiants acquièrent le savoir-faire naturopathique, mais aussi le savoir-être de thérapeute », lance Frédéric Bourgogne, directeur de l’école ISOstéo Naturo.

Pour cela, l’école pourra s’appuyer sur le savoir-faire d’ISOstéo Lyon qui forme des ostéopathes depuis 1991, et s’est imposée comme une référence. « Avec Jean Canetos, le président d’ISOstéo Lyon, notre objectif est de positionner la formation en naturopathie à un niveau équivalent à celle de l’ostéopathie : établissement agréé par le ministère de la Santé, diplôme enregistré RNCP de niveau 7 auprès de France compétences », poursuit-il.

Quel sera le contenu des enseignements ?

  • Pour assoir la crédibilité de son enseignement et de son diplôme, ISOstéo Naturo dispensera à ses étudiants 1 000 heures de cours dédiés aux sciences fondamentales et aux sémiologies des altérations de l’état de santé. L’objectif ? Leur permettre de mieux comprendre le corps humain, son anatomie, sa physiologie et tous ses mécanismes. Ces cours seront dispensés par des médecins, pharmaciens, biologistes ou scientifiques – professeurs des universités ou enseignants confirmés.
  • Deux mille heures de cours pratiques seront également dispensées tout au long du cursus dans le but de maîtriser les techniques naturopathiques que les jeunes diplômés proposeront ensuite en consultation. « Il y aura par exemple des cours de cuisine, car la nutrition est l’un des piliers de la naturopathie, des tables rondes autour de différents thèmes sur la santé, des ateliers pratiques sur les techniques respiratoires ou encore des sessions consacrées à la pratique de l’exercice physique », illustre Frédéric Bourgogne.
  • Enfin, 1 000 heures seront consacrées aux stages, au clinicat et au mémoire. En cinquième année, 16 semaines seront dédiées à la pratique clinique naturopathique dans le but de développer chez chaque étudiant ses compétences de thérapeute. «  La pratique clinique [via la réalisation par l’étudiant de consultations naturopathiques complètes et validées, NDLR] est essentielle pendant la formation de l’étudiant, car elle prépare la réussite de son insertion future comme naturopathe libéral », poursuit notre interlocuteur.

Comment se fera l’admission ?

Celle-ci est réservée aux bacheliers (bac général et bac santé) et elle s’effectuera sur dossier de candidature, tests d’admission et entretien avec le directeur d’ISOstéo Nature. «  Ce que nous recherchons avant tout, ce sont des qualités comme la motivation pour soigner, l’empathie pour communiquer et la rigueur dans l’établissement du diagnostic naturopathique et du Programme d’hygiène vitale individualisé (PVHI). Car chaque patient est unique », affirme Frédéric Bourgogne.

Côté pratique

Les cours théoriques et pratiques seront dispensés sur le campus de Lyon Ouest Écully, l’enseignement clinique se déroulera dans les lieux appropriés dont un dans la Drôme pour un stage en immersion nature. Les frais de scolarité s’élèvent, pour les cinq années d’étude supérieures (4 000 heures de formation), à 39 500 euros soit 7 900 euros par an.

À la clé ?

Une installation comme naturopathe libéral, par l’ouverture de son propre cabinet ou en centre de naturopathie, pour réaliser dans les trois années qui suivent l’obtention du diplôme de naturopathe – 1 000 consultations naturopathiques par an, pour un objectif de rémunération annuelle moyenne de 36 000 euros (soit 3 000 euros par mois).

Le conseil de la fin

«  La naturopathie est une médecine traditionnelle répertoriée par l’OMS. C’est une médecine complémentaire à la médecine conventionnelle, car elle connecte le patient à la nature pour le soigner. Le naturopathe, après cinq années d’études supérieures, est un professionnel de la santé de première intention médicale qui soigne ses patients après avoir posé un diagnostic naturopathique et établi un Programme d’hygiène vitale individualisé (PHVI).Le naturopathe est libre, compétent et responsable. » Frédéric Bourgogne, naturopathe, directeur d’ISOstéo Naturo.

En savoir + :
https://naturo.isosteo.fr