1. Orientation : 3 pistes pour avoir des idées

Orientation : 3 pistes pour avoir des idées

Envoyer cet article à un ami

Ouvrez vos chakras quand vous rencontrez des pros

L'idée, c'est d'ouvrir grands vos yeux et vos oreilles et de découvrir des métiers et des formations que vous ne connaissez pas. On ne vous demande pas de choisir définitivement votre vie, mais d'ouvrir l'éventail des possibles.

Si Hélène n'avait pas sympathisé avec sa kinésithérapeute, aujourd'hui, elle ne serait pas en préparation du concours à l'école de... kiné ! "En terminale dans mon lycée, les profs ne nous parlaient que des classes prépas ! Sans aucune logique de métier, de cursus. Comme j'étais une élève moyenne et pas une grande travailleuse, je me suis inscrite à l'université, en biologie. J'ai arrêté au bout de six mois, pas motivée du tout : je ne comprenais pas l'objectif.

C'est ma kiné qui m'a parlé de son métier. J'adorais aller la voir travailler, on parlait des avantages et des inconvénients, je lui ai posé toutes les questions, des études au salaire. Depuis la rentrée, je prépare le concours, ce n'est pas facile, les places sont chères... Alors, pour la première fois, j'étudie beaucoup."

Nadia, 20 ans, en L2 de sociologie à Lyon (69), a aussi eu un déclic quand elle était au lycée, après avoir rencontré une journaliste lors d'un forum des métiers. "La journaliste est venue avec son book contenant ses articles. Elle nous a fait écouter des extraits de reportages réalisés à l'étranger pour France Info. J'ai trouvé ça super. Je pensais à ce travail depuis longtemps, mais je me disais qu'il fallait être première partout, or, c'est faux. Certes, les concours des écoles sont difficiles mais, en s'y préparant, tout le monde peut y arriver ! J'espère bien réussir moi aussi."

Inspirez-vous de vos aînés

Pour Amélie, 17 ans, en terminale dans un lycée parisien, c'est la rencontre avec deux jeunes filles étudiantes en master de droit qui l'a aiguillée. "Je veux travailler dans le secteur de la justice ; j'en rêve depuis toute petite, mais je ne savais pas exactement quel métier exercer, ni quelle filière suivre.

En vacances, avec mes parents, l'été dernier, j'ai rencontré ces filles qui allaient devenir avocates. Elles m'ont raconté leur parcours, en hypokhâgne puis en faculté de droit. J'ai aimé leur façon d'exposer leurs projets et de parler de leurs études qui avaient l'air passionnantes. Ça a été un déclic ! Et un soulagement. J'ai compris aussi que je devais obtenir de bons résultats pour intégrer une classe prépa."

Fréquentez les journées portes ouvertes

La méthode de Maxime, 17 ans, étudiant dans une école d'ingénieurs en région parisienne depuis la rentrée, a été plus classique : s'informer des dates des journées portes ouvertes et foncer.

"J'ai commencé par le Salon de l'Etudiant, à Paris, porte de Versailles. J'y suis allé avec trois amis de ma terminale S. On avait repéré des écoles d'ingénieurs et chacun a fait son marché. J'ai rencontré des profs et des étudiants. Après, j'ai restreint mon préchoix, en fonction du lieu et de ce qui était proposé. Je ne voulais pas me spécialiser trop tôt.

Ensuite, je suis allé à plusieurs portes ouvertes. Quand j'ai visité ma future école, je me suis senti bien tout de suite. J'ai aimé le lieu, les gens, l'ambiance."

"Ces rendez-vous sont essentiels pour s'orienter, confirme Anne Pesle. Le choix d'une école est physique, le jeune "sent" ce qu'il aimera ou non, il échange avec des étudiants auxquels il va ou non s'identifier. Il évoque avec les enseignants les exigences, le niveau requis et l'investissement demandé, mais aussi la façon de vivre et d'étudier."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Orientation : suivre ses amis, une bonne idée ? Orientation : 3 pistes pour avoir des idées