1. Ludovic Blas, le petit prince de Guingamp devenu champion d’Europe de foot
Portrait

Ludovic Blas, le petit prince de Guingamp devenu champion d’Europe de foot

Envoyer cet article à un ami
Belle année pour Ludovic Blast qui finit champion d'Europe des moins de 19 ans. // © Daniel Roland / AFP
Belle année pour Ludovic Blast qui finit champion d'Europe des moins de 19 ans. // © Daniel Roland / AFP

LES JEUNES ONT DE L’AVENIR - Après une saison au club de football de l’En Avant de Guingamp, Ludovic Blas, 18 ans, est devenu champion d'Europe avec l'équipe de France U-19 (des moins de 19 ans). Très convoité, le talentueux gaucher franchit sereinement les étapes du côté des Côtes-d'Armor.

C'est sur le revêtement synthétique du stade du Vieux-Moulin, à Rambouillet (Yvelines), que tout a commencé pour Ludovic Blas. Une école de football réputée pour son côté "famille". Une enfance tranquille et saine, à une dizaine de kilomètres du célèbre centre technique national de Clairefontaine. Dès ses débuts en catégorie poussins, Ludovic, 8 ans, sort du lot à chaque entraînement, à chaque match. "Au FC Rambouillet, j'ai appris à jongler, à faire tout et n'importe quoi du pied gauche et du pied droit. J'ai toujours été surclassé. Je marquais beaucoup de buts", confie-t-il.

Un potentiel qui met tout le monde d'accord

En 2009, la mutation professionnelle de son père dans les Hauts-de-Seine envoie finalement Ludovic, 11 ans et demi, au club de Montrouge. Là-bas, il découvre un niveau supérieur et parcourt l'Île-de-France. "J'y ai gagné mes premiers titres. J'ai intégré l'équipe des Hauts-de-Seine et participé aux Inter-District. Puis, en 2013, les recruteurs de Guingamp se sont manifestés les premiers". Malgré l'intérêt d'autres clubs dont Monaco, c'est finalement la petite ville d'irréductibles Gaulois qui accueille la pépite de 15 ans. "Je ne connaissais pas Guingamp. Je ne savais pas où c'était. Quand je suis arrivé là-bas pour la première fois, j'avoue que j'ai eu un peu peur. Même Châtillon, ma ville, est plus grande qu'ici. Être loin de ma famille, c'est ce qui a été le plus dur la première année. Après, on s'habitue. Finalement, je n'aurais pas pu tomber mieux".

En CFA 2, lors de sa quatrième année à Guingamp, le milieu relayeur explose aux yeux des dirigeants du club. Son potentiel met tout le monde d'accord. "J'ai travaillé avec lui une saison avant son intégration chez les professionnels, raconte Coco Michel, le responsable du groupe CFA 2. Il a eu une progression linéaire. C'est un joueur élégant sur le terrain. Il est capable d'enchaîner vite son contrôle avec la passe qu'il veut faire. Et ça, c'est une qualité première chez les pros".

Le but de la victoire

En octobre 2015, Ludovic Blas signe un premier contrat professionnel de trois ans à Guingamp. Cinq mois plus tard, le 3 février 2016, il devient le plus jeune buteur de l'histoire du club en inscrivant le but de la victoire face à Troyes, le soir même de son baptême du feu au stade du Roudourou. "Je ne pouvais pas rêver mieux pour ma première à domicile. J'avais tellement attendu ce moment, moi qui regardais auparavant les matchs en tribune." Premier but et premier clapping avec les supporters qui scandent son nom.
Ludovic enchaîne ensuite les bonnes prestations et grappille du temps de jeu, à l'instar de ses 30 minutes passées sur le terrain face au PSG, le 9 avril 2016. Lucide, il reste conscient que rien n'est acquis.

La Coupe du monde en ligne de mire

La tête sur les épaules, le jeune homme ne semble pas pressé. Comme le prouve sa récente prolongation de contrat jusqu'en juin 2020, refusant ainsi les convoitises de l'Olympique Lyonnais. Il s'apprête à passer cette année son bac STMG et parle très rarement aux médias. Conscient des dérives du milieu, son entourage le protège énormément. À Guingamp, il évolue dans un club moins prestigieux que ses compères d'attaque au maillot bleu. Mais après un but et deux passes décisives en 14 apparitions en ligue 1, il pourrait bien disputer sa première saison en championnat dans la peau d'un titulaire. Serein, le numéro 21 confirme : "C'est vraiment une belle saison. Après ma première année en ligue 1, je finis par un titre de champion d'Europe. Je veux vraiment réussir la prochaine avec Guingamp et aller gagner la Coupe du monde U-20, qui se déroulera en 2017 en Corée du Sud". Cette tranquillité, il la doit peut-être à ses parents, notamment sa mère Patricia qui lui prépare encore aujourd'hui son péché mignon martiniquais : du riz et des haricots rouges. Comme pour lui rappeler de ne pas grandir trop vite.