...ou privilégier la licence LEA ?

publié le 21 Mai 2007
2 min

Fascinée par le Japon, Marine veut se lancer après le bac dans l’apprentissage de la langue et de la civilisation nippones. Mais quel cursus est le plus conforme à ses aspirations ?

La licence LEA a une visée professionnelle. Un stage obligatoire en entreprise est ainsi prévu dès la fin de la L2 ou en L3. Ces études pluridisciplinaires attirent des profils diversifiés. À l’université Grenoble 3, 21 % des inscrits en 2007-2008 étaient issus de la série ES, 27 % de la série L, 15 % de la série S, et 15 % de la série STG. La filière est autant à la portée des ES, des L ou des S, car pour réussir, il est impératif d’être polyvalent ! La licence LEA repose en effet sur la maîtrise de deux langues étrangères à niveau égal et la connaissance de leurs domaines d’application (droit, gestion…).

Pour Marine, qui adore l’anglais, la pratique intensive de deux langues est le principal atout. En revanche, le rythme de travail (entre 24 et 28 heures de cours hebdomadaires), plus dense qu’en LLCE, inquiète la lycéenne. Sa santé fragile l’expose en effet à un absentéisme régulier… "J’ai l’impression que ça sera plus dur de rattraper les cours en LEA qu’en LLCE." Finalement, Marine tranche pour l’option la plus rassurante : "La licence LLCE colle plus à mon profil littéraire et elle est assez généraliste pour m’ouvrir de multiples opportunités !"

Marie-Aline Desvignes

Articles les plus lus

A la Une terminale

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !