1. Maxence, en 2e année à l’ESIEE : « Je me suis dit que je pouvais y arriver »
Témoignage

Maxence, en 2e année à l’ESIEE : « Je me suis dit que je pouvais y arriver »

Envoyer cet article à un ami

Trop de bons lycéens n’accèdent pas aux études qu’ils méritent parce qu’elles coûtent cher, ou parce qu’elles leur semblent lointaines. Ayez de l’ambition pour vos enfants !

Alors élève de première S au lycée Galilei de Cergy-Pontoise (95), Maxence, passionné de technologies, caresse l’espoir d’intégrer un jour une école d’ingénieurs. Quand on lui annonce qu’il vaut mieux changer d’orientation et de série au bac, ses rêves tombent à l’eau. "Maxence, déjà très timide, s’est alors renfermé en lui-même, se rappelle Dominique, qui l’accueille chez elle depuis la seconde. L’école peut ouvrir des perspectives, mais aussi enfoncer le clou."

Tutorat des étudiants de l’ESSEC. Soutenu par Dominique, il se réoriente en STI, dans un nouvel établissement, le lycée Jean-Perrin à Cergy. Maxence est alors plein de doutes sur ses capacités. Heureusement, il bénéficie depuis la seconde du tutorat des étudiants de l’ESSEC, la grande école voisine, dans le cadre du dispositif d’ouverture sociale "Pourquoi pas moi ?". Ses tuteurs le suivent dans son nouveau lycée et le font participer aux activités de développement personnel, sorties culturelles et visites d’entreprise. Il reprend confiance en lui. "Ce programme m’a permis de me dire que je pouvais faire une grande école. Les ateliers d’expression orale et de prise de parole en public m’ont beaucoup aidé."

Admis partout ! Sa terminale STI se déroule au mieux, il obtient le bac avec une mention assez bien. Les ateliers d’orientation dont il a bénéficié dans le cadre du tutorat lui permettent de cibler et valoriser ses candidatures à l’entrée d’écoles d’ingénieurs et de classes préparatoires. Admis partout, il choisit l’ESIEE (école d’ingénieurs de Noisy-le-Grand), qui correspond à son projet de toujours. 

Sommaire du dossier
Retour au dossier Fille ou garçon, des choix différents Maxence, en 2e année à l’ESIEE : « Je me suis dit que je pouvais y arriver »