1. Cinéma-audiovisuel
Boîte à outils

Cinéma-audiovisuel

Envoyer cet article à un ami

Peu importe que leur spécialité soit très éloignée des sciences : beaucoup d’écoles spécialisées plébiscitent les « bons en tout » que sont (pour la plupart) les bacheliers S.

Sélectivité : de normale à très forte
Charge de travail : forte


Il existe une quarantaine d’écoles dans ce secteur. Les plus réputées restent la FEMIS (École nationale supérieure des métiers de l’image et du son) et l’ENSLL (École nationale supérieure Louis-Lumière), à Paris. Toutes deux sont publiques et recrutent sur concours à bac + 2 (officiellement…) pour trois ans d’études. L’ENSLL, qui dispose de deux départements axés sur le cinéma (image et son), est plus technicienne que la FEMIS.

Image et son pour les plus scientifiques. On trouve dans ces programmes beaucoup d’enseignements scientifiques : de la chimie, de l’électricité, de l’optique, de l’électronique, de l’informatique… Les profils purement scientifiques s’orienteront donc en priorité vers les filières images ou son. Les autres peuvent intégrer toutes les autres spécialités, pour peu qu’ils aient aussi des qualités littéraires.

De multiples voies sont possibles en « attendant » d’entrer à la FEMIS : on citera, pour la fac, la licence arts du spectacle, option cinéma ; les prépas spécifiques dispensées par des lycées public – notamment Guist’hau, à Nantes (44) –, voire, depuis 2002, des prépas lettres option cinéma.

En BTS (brevet de technicien supérieur) métiers de l’audiovisuel, deux options sont très axées sur les sciences et techniques : les spécialités métiers du son et métiers de l’image (on y recense 50 % de S). Au-delà des enseignements artistiques et généraux, des cours d’acoustique, de prises de vue, de lumière, etc., sont prévus. Un bon niveau en maths et surtout en physique est donc requis. Et cela vaut également pour les étudiants intéressés par les effets spéciaux et le cinéma d’animation.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Cinéma-audiovisuel Une école de journalisme Sciences po STAPS Une école d’architecture Témoignage : Adrien, 20 ans, en BTS audiovisuel