Témoignage : Frédéric, 18 ans, à l’ESSCA Paris

publié le 21 Mai 2007
2 min

« J’étais bien préparé en culture générale »

« Je pensais depuis un moment déjà faire une école de commerce. Après mon bac S, spécialité physique-chimie avec mention européenne allemand, je voulais faire quelque chose de nouveau, de concret. J’ai donc préparé le concours de l’ESSCA, avec les annales fournies par l’école. Ce qui m’a frappé en arrivant, c’est le changement dans les matières enseignées. Dès le début, il y a des cours sur le management, les marchés mondiaux, ou encore la communication interpersonnelle. C’est tout de suite lié à notre futur métier. Il reste un peu de maths – surtout des statistiques –, mais plus de physique-chimie ni de philo. Tout ce qu’on a appris en S nous sert quand même au point de vue de la culture générale. Et peut-être que, plus tard, je m’orienterai vers un secteur en lien avec la chimie, comme l’industrie pharmaceutique. La manière de travailler aussi a changé. Fini les exercices et le bachotage : on travaille en groupe, on fait des présentations… Mais on est toujours encadrés, avec des objectifs, du tutorat. Ce qui m’a surpris, c’est qu’il y a même une obligation d’émarger au début de chaque cours et des quotas d’absence. C’est strict à ce niveau. »

Articles les plus lus

A la Une terminale

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !