Une licence de droit

publié le 21 Mai 2007
2 min

Laissant libre cours à leur goût pour les sciences humaines, le droit ou la littérature, les bacheliers S au profil plutôt « littéraires » brillent à la fac ou en prépa.

Sélectivité : forte
Charge de travail : forte


Une filière difficile…
Les S représentent environ 15 % des effectifs inscrits en licence de droit, une filière universitaire réputée difficile à juste titre. De fait, moins de la moitié des quelque 40 000 inscrits en première année atteindront le second cycle. Or, ceux qui sont issus d’un bac S s’en sortent plutôt mieux que les autres. Pourquoi ? D’abord parce que leur expérience en synthèse et analyse scientifique constitue un atout indéniable pour aborder cette discipline nouvelle, exigeant une grande rigueur, un vocabulaire et des concepts juridiques lourds à assimiler…

… mais des élèves motivés. De plus, parmi les S, cette orientation est moins souvent choisie par défaut. Ils sont donc plus motivés, notamment quand ils envisagent des métiers juridiques. Côté enseignement, comme dans la plupart des filières universitaires, la charge de cours reste raisonnable : de vingt à vingt-cinq heures hebdomadaires (cours magistraux et travaux dirigés). Comptez par ailleurs une vingtaine d’heures de travail personnel.

Articles les plus lus

A la Une terminale

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !