1. Quel(s) métier(s) pour Jeanne, en terminale ES ?
Portrait

Quel(s) métier(s) pour Jeanne, en terminale ES ?

Envoyer cet article à un ami
Curiosité et créativité font partie des qualités de Jeanne. // © Patrick BARD/SIGNATURES pour l'Etudiant
Curiosité et créativité font partie des qualités de Jeanne. // © Patrick BARD/SIGNATURES pour l'Etudiant

Jeanne est passionnée de cinéma, adore les langues et s’intéresse aux gens. Très méthodique, elle a aussi un vrai sens de l’esthétique et a récemment découvert la diversité des métiers de l’hôtellerie-restauration.

Son parcours scolaire

C’est en L que Jeanne s’imaginait mais, vu les débouchés trop limités, elle a choisi ES. Le programme l’intéresse, mais elle regrette que le coefficient en économie soit aussi fort, plus que pour les langues, sa matière préférée. Elle reconnaît avoir fait le minimum, avec un 11/20 de moyenne générale : de bonnes notes en anglais et en français, en dessous de la moyenne en économie et autour de 10/20 en histoire-géographie et en maths.

Les matières littéraires la portent encore cette année, et c’est toujours en maths et en éco qu’elle rame, même si elle progresse, passant en maths de 7/20 au premier trimestre à 9,5/20 au deuxième. Sa moyenne est montée à 12/20 en histoire-géo. Aux premier et deuxième trimestres, elle s’est maintenue à 12/20 de moyenne générale, avec des résultats plutôt homogènes…

Sa personnalité


Jeanne aime s’informer et comprendre, et s’intéresse à ce qui se passe dans le monde. Très organisée, elle pense que, "pour les cours comme dans la vie, chaque chose a sa place. Tout doit être à jour". Et elle essaie de "bien tout planifier". Certaine d’avoir besoin de cadre, elle apprécie d’avoir une méthode en ce qui concerne le travail scolaire. Jeanne fait aussi du théâtre et est passionnée de cinéma. Elle aime écrire pour exprimer la façon dont elle voit les choses, pratique le piano de temps en temps et écoute beaucoup de musique. Elle a besoin de se sentir utile : "Ça me rassure de me dire que je sers à quelque chose, que j’ai une place."

Le cinéma est une piste d’études possible, car tout l’intéresse, "ce qui se passe devant comme derrière la caméra". En visitant un salon spécialisé, puis en allant à des portes ouvertes, elle a également découvert le domaine de l’hôtellerie-restauration : "J’ai eu le déclic à cause de la variété des activités, côté salle et côté cuisine, et à cause de la pluridisciplinarité des cours", explique Jeanne avec enthousiasme.

Jeanne possède de réels atouts pour devenir une excellente scripte !

Les filières cinéma et gestion culturelle


Jeanne possède de réels atouts pour devenir une excellente scripte ! Si elle peut cibler les métiers de l’image ou du montage, son profil correspond à celui d’une documentaliste spécialisée ou à celui d’une attachée culturelle… Il existe plusieurs cursus pouvant la conduire vers ces professions.

- Le BTS métiers de l’audiovisuel, options gestion de production ; montage et postproduction ; métiers de l’image.
- La Fémis (École nationale supérieure des métiers de l’image et du son), à Paris.
- L’Insas (Institut national supérieur des arts du spectacle), à Bruxelles, en Belgique.
- L’Esav (École supérieure d’audiovisuel), à l’université Jean-Jaurès, à Toulouse (31).
- Le master cinéma, télévision et nouveaux médias, à l’université Paris 1.
- Le master arts du spectacle, cinéma et audiovisuel, à l’université Paris 8,
à Saint-Denis (93), qui se décline en trois parcours : théorie, histoire et esthétique ; valorisation des patrimoines cinématographiques et audiovisuels ; réalisation et création.
- Prep’Arts, la prépa audiovisuelle aux concours des grandes écoles de cinéma, de l’institution Saint-Stanislas à Nîmes (30).
- L’INA Sup, à Bry-sur-Marne (94), qui propose une formation de documentaliste et des masters gestion de patrimoines audiovisuels ; droit, économie et gestion de l’audiovisuel, parcours marketing et distribution.

L’hôtellerie et la restauration

Les métiers de ce secteur impliquent rigueur et sens de l’organisation mais aussi créativité et curiosité. Sans oublier le sens du service et le goût des langues. On peut s’y former pendant deux ou trois ans après le bac, voire plus pour accéder à des fonctions d’encadrement.

- Le BTS hôtellerie-restauration, accessible via une mise à niveau après un bac général.
- Le BTS responsable de l’hébergement.
- Les écoles de management du tourisme et de l’hôtellerie.
- Le PAEST (portail d’admission des écoles supérieures de management de tourisme) : EMVOL-ESC Troyes (10) ; IEFT (Institut européen de formation en tourisme), à Paris, ESCAET (École supérieure de commerce en management du tourisme), à Aix-en-Provence (13)…
- Les licences professionnelles et masters de l’ISTHIA (Institut supérieur du tourisme, de l’hôtellerie et de l’alimentation), à l’université Jean-Jaurès à Toulouse (31).
- Les licences LEA (langues étrangères appliquées).

Faites votre bilan personnalisé et recueillez des conseils grâce à
Coaching Orientation by l'Etudiant