1. Quel(s) métier(s) pour Octave, en terminale ES ?
Coaching

Quel(s) métier(s) pour Octave, en terminale ES ?

Envoyer cet article à un ami
Octave aime décider par lui-même et être en compétition. // © Simon Lambert/Kaïros pour l'Etudiant
Octave aime décider par lui-même et être en compétition. // © Simon Lambert/Kaïros pour l'Etudiant

Entreprenant et ambitieux, guidé par l’idée d’apporter sa contribution au monde qui l’entoure, Octave se voit bien devenir manager et diriger des équipes. Il adore les maths et l’économie.

Son parcours scolaire

Même si son profil de bon élève le conduisait tout droit vers le bac scientifique, Octave se sent bien "dans sa filière" en ES (économique et sociale). "Tout le monde me disait que S était la voie royale mais je n'ai pas du tout accroché avec les sciences en seconde. En revanche, j'ai beaucoup aimé les SES (sciences économiques et sociales)", explique le jeune homme. Premier de sa classe en première ES, avec 14,5 sur 20 de moyenne générale, dans une classe "pas très forte" estime-t-il. Il culminait en anglais et en sport avec 19 et 17. Il est aussi bon en maths (15 de moyenne) et en SES.

Il pense ne pas avoir fait une très bonne année en français, mais ses résultats aux épreuves anticipées ont attesté d'un bon niveau : 16 à l'écrit et 18 à l'oral. Octave "vise une belle mention". Il a opté pour une section allemand euro – sa LV2 –, "une mention européenne qui peut m'ouvrir des portes", poursuit le jeune homme qui voit l'avenir en grand. Anglais, maths, économie et sport sont ses matières préférées.

Sa personnalité

Octave aime décider par lui-même et être en compétition : "Me comparer aux autres me stimule." Altruiste, il veut être utile et rêve d'un métier "qui fasse avancer les générations futures". Il est délégué de classe et apprécie de "représenter ses camarades". Très "carré", Octave planifie son travail : "Je suis très organisé." Autonome, il se voit aussi bien dans une prépa qu'à la fac : "J'arrive à me motiver. Je sais ce que je veux et ce que je dois faire pour y arriver", précise-t-il.

Octave est sportif : foot en club et sport tous les jours, vélo pendant les vacances. "Je vais courir. C'est une bonne hygiène de vie. Et je fais du sport en groupe. Pour moi, il s'agit d'un moment de partage." Son profil de premier de la classe ne l'empêche pas de faire la fête. Pour autant, Octave ne néglige jamais de réviser, de s'avancer et de travailler pour progresser...

Le management, la gestion de projet

Tourné vers l'action et porté par la compétition, Octave a le potentiel d'un futur manager : business développeur, responsable d'une zone export, chef d'entreprise, de nombreuses fonctions de management pourraient lui correspondre. Et pourquoi pas la création d'entreprise ?

- Les CPGE ECE (classes préparatoires aux grandes écoles économiques et commerciales, option économie.
- Le CPES PSL au lycée Henri-IV, à Paris (cycle pluridisciplinaire d'études supérieures), filière sciences économiques, sociales et juridiques, cycle préparatoire.
- Les CPGE ENS Cachan D2 (économie et gestion), qui associe un enseignement classe préparatoire de lycée avec une formation universitaire en économie et gestion.
- Double parcours licence éco-finance ou gestion + prépa commerce, de l'Université catholique de Lille.
- Le DEGEAD (diplôme d'établissement de gestion et d'économie appliquée de Dauphine), université Paris-Dauphine.
- Le DUT GEA (diplôme universitaire de technologie gestion des entreprises et des administrations).
- Les IAE (instituts d'administration des entreprises).

L'économie sociale et solidaire

Toujours du côté du management, Octave pourrait s'intéresser au secteur de l'économie sociale. Entrepreneuriat social, social business, développement durable, RSE (responsabilité sociétale des entreprises)... des spécialisations qui pourraient l'intéresser.

- Le master développement durable et responsabilité des organisations de Paris-Dauphine.
- Les masters 2 en économie sociale et solidaire : par exemple, celui de gestion des entreprises sociales et solidaires de l'IAE Gustave-Eiffel (université Paris-Est-Créteil) ; celui centré sur l'entrepreneuriat social et la gestion de projet de l'université Lyon 2, ou celui de management du développement durable à HEC.
- Les spécialisations des grandes écoles de commerce en RSE ou économie sociale, à l'instar de la spécialisation business management option management des organisations de l'ESS (économie sociale et solidaire) de Neoma Business School.

À consulter

L'Atelier, un centre de ressources régional de l'économie sociale et solidaire qui fournit des renseignements sur les formations via newsletters, rencontres ou fiches à télécharger.

Labo, un think tank (laboratoire d’idées) autour de l’économie sociale et solidaire.