1. Quelles études après un bac STL ?
Boîte à outils

Quelles études après un bac STL ?

Envoyer cet article à un ami
Vers quel(s) cursus s'orienter avec un bac STL ? // © PlainPicture / Cultura
Vers quel(s) cursus s'orienter avec un bac STL ? // © PlainPicture / Cultura

Les titulaires d'un bac STL poursuivent leurs études en STS et en IUT. Des choix qui collent bien à leurs profils et à leurs aspirations professionnelles.


Le bac STL (sciences et technologies de laboratoire) s'organise autour de deux spécialités : biotechnologies d'un côté, et SPCL (sciences physiques et chimiques en laboratoire) de l'autre.

Les orientations dans l'enseignement supérieur visent des fonctions liées aux industries chimiques et pharmaceutiques, biologiques et biotechnologiques, mais également les secteurs de l'agroalimentaire, de l'optique, de la diététique ou de l'esthétique.

Où vont les bacheliers STL ?

À la rentrée 2017, 78,5 % des nouveaux bacheliers STL se sont inscrits dans l'enseignement supérieur, ­majoritairement en STS. Voici leur répartition (en pourcentage).

UNIVERSITÉ (HORS IUT)
27,1 %
IUT (INSTITUTS UNIVERSITAIRES DE TECHNOLOGIE)
14 %
- DUT production 13,6 %
STS (SECTIONS DE TECHNICIENS SUPÉRIEURS)
30,5 %
- BTS production 19,5 %
CPGE (CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES) 3,3 %
AUTRES FORMATIONS 3,5 %

Source : MESRI-SIES Systèmes d'information Scolarité, SISE, SIFA et Safran (MAP), Enquête auprès des autres établissements du supérieur.

Les BTS et DUT, un vaste choix

Les bacheliers STL s'orientent de préférence en STS (section de technicien supérieur), où plus d'une dizaine de BTS (brevets de technicien supérieur) les forment aux métiers liés à la physique, chimie, biochimie ou biologie. Les BTS bioanalyses et contrôles, analyses de biologie médicale, biotechnologie et métier de la chimie sont particulièrement prisés des bacheliers STL.

Les spécialités de BTS métiers de l'eau, CIRA (contrôle industriel et régulation automatique), techniques physiques pour l'industrie et le laboratoire et qualité dans les industries alimentaires et les bio-industries accueillent, chaque année, une part importante de bacheliers STL.

Quant aux bacheliers STL qui poursuivent des études en IUT (institut universitaire de technologie), c'est la spécialité génie biologique qui est massivement investie. Ce DUT (di­plôme universitaire de technologie) est particulièrement adapté au profil des meilleurs élèves issus de la filière STL qui choisissent entre six options : agronomie, analyses biologiques et biochimiques, diététique, génie de l'environnement, industries agroalimentaires et biologiques, bio-informatique (expérimental).

Viennent ensuite le DUT chimie et le DUT génie chimique-génie des procédés, après une spécialité SPCL.

Lire aussi : la liste des BTS en fiches

La prépa post-BTS/DUT, pour rebondir

Après les BTS ou DUT cités, certains bacheliers STL continuent leurs études soit en licence professionnelle, soit en rejoignant une classe préparatoire post-BTS/DUT.

Les licences professionnelles à dominante chimie ou biologie ou biotechnologies sont très nombreuses et garantissent une bonne insertion, d'autant que la plupart se préparent en alternance.

Les prépas ATS (adaptation technicien supérieur) permettent une poursuite d'études en école d'ingénieurs. Elles permettent, en un an, de rattraper le niveau des prépas “classiques” dans les disciplines fondamentales. Après une prépa ATS bio (proposée dans une dizaine de lycées), les élèves peuvent passer un concours C (deux voix : C Bio et C Env) des écoles agronomiques ou vétérinaires.

Lire aussi : pour quels métiers êtes-vous fait(e) ?

Les classes préparatoires, pour les plus motivés

La classe préparatoire est un autre cursus envisageable tout de suite après le bac STL, à condition d'avoir un bon dossier et des appréciations positives des professeurs.
Après un bac STL spécialité SPCL, la prépa TSI (technologie et sciences industrielles), dispensée dans une quarantaine de lycées, permet d'entrer dans de nombreuses écoles d'ingénieurs.

Une petite dizaine de lycées proposent la prépa TB (technologie et biologie), qui se déroule en deux ans. Elle permet de viser, via des concours communs, les écoles agro-véto et les écoles supérieures de biologie et biotechnologie.

Quant à la prépa TPC (technologie, physique et chimie), elle permet aux bacheliers STL spécialité SPCL d'intégrer une vingtaine d'écoles de chimie. Seuls quatre établissements la proposent en France.

Lire aussi : palmarès : le classement 2019 des prépas

L'université, de la licence... au master

Un quart des bacheliers STL poursuivent en licence à l'université dans des filières telles la santé, les sciences de la vie et les STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives).

Quelques DEUST (diplôme d'études universitaires scientifiques et techniques) accueillent également durant deux années les bacheliers STL. Citons par exemple, à Calais, le DEUST technicien de la mer et du littoral, à Bordeaux, le DEUST production, contrôles et qualité des produits de santé, ou encore à Corte le DEUST analyses des milieux biologiques.

Le niveau L2 (deuxième année de licence) permet, comme les BTS et DUT, de postuler en licence professionnelle.

Pour les plus à l'aise dans le cursus universitaire, une poursuite d'études jusqu'au master est envisageable.

Lire aussi : test études : êtes-vous fait pour faire des études à l'université ?