1. Deux possibilités d’aller à l’université sans le bac
Décryptage

Deux possibilités d’aller à l’université sans le bac

Envoyer cet article à un ami

Les candidats collés au bac – 15 % environ chaque année – doivent réagir vite pour préparer leur redoublement ou leur poursuite d’études. Mais où et comment ?

Votre enfant, déjà recalé une première fois, ne supporte plus le lycée et ne souhaite pas tripler ? Il existe toujours quelques (rares) possibilités de poursuite d’études dans le supérieur.
Ainsi, l’université est accessible sans le bac par le biais des capacités en droit (voir encadré) et du DAEU (diplôme d’accès aux études universitaires). Ce diplôme national donne accès, en un an minimum, à l’enseignement supérieur. Pour s’inscrire, aucun titre n’est requis. Toutefois, il faut avoir interrompu ses études initiales depuis au moins 2 ans et être âgé de 24 ans minimum, ou avoir 20 ans si l’on justifie de 2 années d’expérience professionnelle salariée.

Le droit à la fac


La capacité en droit, dite "capa", est proposée dans une soixantaine d’universités et par le CNED (Centre national d’enseignement à distance). Cette formation permet d’acquérir en deux ans des bases juridiques. Si elle peut mener directement sur le marché du travail (par exemple comme assistant juridique), elle permet également de s’inscrire en première ou deuxième année (selon les notes obtenues) de licence de droit, de DUT (diplôme universitaire de technologie) carrières juridiques ou DUT GEA (gestion des entreprises et des administrations), ou encore de présenter les concours de catégorie B de la fonction publique et des instituts d’études politiques. Seul problème : un taux d’échec élevé en première année de capa, en raison de nombreux abandons. Il faut s'accrocher !



Sommaire du dossier
Retour au dossier Deux possibilités d’aller à l’université sans le bac Sans le bac : des formations publiques mais surtout privées