1. Sur les pas de Najat Vallaud-Belkacem au Salon de l’éducation
Reportage

Sur les pas de Najat Vallaud-Belkacem au Salon de l’éducation

Envoyer cet article à un ami
La ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, au Salon de l'éducation, le 27 novembre 2014. // © Nicolas Tavernier / R.E.A
La ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, au Salon de l'éducation, le 27 novembre 2014. // © Nicolas Tavernier / R.E.A

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, a visité le Salon européen de l’éducation ce vendredi 28 novembre 2014. L'occasion de vérifier que sa popularité reste toujours au beau fixe.

"Elle est très médiatique", commente un exposant. À l'entrée du Salon européen de l'éducation, la foule s'agglutine dès 9 h devant l'un des premiers stands, celui du conseil général d'Île-de-France. En slalomant à droite, à gauche, entre deux smartphones, une caméra et un micro, on parvient enfin à l'atteindre : Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation nationale est bien là.

Fidèle à son image de jeune femme dynamique, à l'écoute des jeunes, sa visite du Salon s'est concentrée sur des rencontres avec des élèves et des stands dédiés à de l'innovation. Des lycéens la questionnent, intimidés. Elle écoute avec attention, répond aux inquiétudes.

De l'espoir dans les jeunes

Elle continue sa route, à un rythme soutenu, jusqu'au stand de l'association Enactus, qui permet aux jeunes de créer des entreprises à vocation sociale. Collégiens, lycéens ou étudiants en école d'ingénieurs, ils développent leur esprit d'entreprendre grâce à des projets d'équipes. Des collégiens en costume présentent leur entreprise à la ministre en se présentant comme P-DG, DRH... Des sourires s'aiguisent, même eux ont du mal à croire à leurs fonctions.

"On sent beaucoup de collectif entre vous, c'est passionnant", les félicite Najat Vallaud-Belkacem. Elle leur demande : "Vous voulez devenir chef d'entreprise maintenant ?" Ils n'ont pas l'air convaincus. Elle, si : "Je suis sûre que dans 10 ans, vous serez tous à la tête d'une entreprise, vous avez encore la vie devant vous pour décider." De ces échanges, elle conclut : "Vos projets solidaires montrent qu'il y a encore de l'espoir dans notre pays, l'innovation existe."

Les exposants voisins font tous le pied de grue, espérant qu'elle vienne vers eux. Elle reste sur ce pôle dédié à l'innovation et se fait expliquer le fonctionnement du moteur de recherche junior Qwant. À la rentrée 2015, il sera expérimenté dans les établissements. Il évite le contenu indésirable et les publicités et renvoie sur des sites éducatifs.

Une communication bien rodée

Une chose est sûre, Najat Vallaud-Belkacem fascine. "Elle prend son temps", soupire un responsable de sa sécurité. Elle suit des démonstrations de tablettes tactiles pédagogiques, puis de jeux vidéo. La ministre est attendue au colloque sur la refondation de l'école, pour la signature d'une convention. "Je suis à la tête du plus beau ministère qui soit, pas le plus simple, le plus beau", insiste-t-elle dans son discours. Elle sera applaudie longuement.

Plus tard, elle annonce aux journalistes que sa réforme sur l'éducation prioritaire sera présentée à la mi-décembre. L'objectif est de "cesser d'être aveugle aux difficultés sociales, les moyens alloués seront plus souples sur les seuils", a-t-elle précisé.

Pour une première visite, en tant que ministre, de ce salon (ouvert jusqu'au 30 novembre), la ministre aura explosé son quota de selfies avec les jeunes, mais aussi pu se confronter aux nombreuses attentes du secteur, qui ne demande qu'à innover.