1. Une année en terminale : à l'heure des bulletins et des bonnes résolutions
Reportage

Une année en terminale : à l'heure des bulletins et des bonnes résolutions

Envoyer cet article à un ami
Isabelle Trellu fait le point sur le trimestre avec Thibault et sa maman. // © erwin canard
Isabelle Trellu fait le point sur le trimestre avec Thibault et sa maman. // © erwin canard

IMMERSION AU LYCÉE. Épisode 4. Le conseil de classe de la TS1 passé, place à la remise des bulletins. Parents et élèves viennent les récupérer au lycée et rencontrer les enseignants. L'occasion pour la professeure principale de les encourager et pour les lycéens de montrer leur bonne volonté.

Pas de tours de terrain mais le tour des profs ! Le cours d'EPS (éducation physique et sportive) des TS1 du lycée Paul-Doumer du Perreux-sur-Marne (94) est annulé, ce 15 décembre 2016. Il a été remplacé par la remise des bulletins du premier trimestre et les rencontres avec les enseignants.

Dès 16 h, des parents d'élèves, accompagnés ou non de leur enfant, font la queue devant la salle 6 pour faire le bilan avec Isabelle Trellu, la professeure principale. Ils ont auparavant récupéré dans le hall le fameux bulletin, et parfois acheté une part de gâteau et/ou un café vendus par les TS1 et TS2 pour financer leur voyage en Écosse du mois de mars prochain.

Lire aussi : Remise des bulletins : comment décrypter le vôtre ?

"Travailler encore plus et ne rien négliger"

Dans le couloir, Thibault et sa mère attendent que le premier rendez-vous de madame Trellu se termine. Lors de ces réunions parents-profs, Thibault est d'habitude rarement présent. Cette fois, il est venu. L'enjeu du premier trimestre de terminale, à la fois pour le bac et pour l'orientation, est si important qu'il a fait l'effort. Au conseil de classe, il a obtenu les encouragements. Sa moyenne générale est de 12,2/20, quand celle de la classe plafonne à 11,4/20. Un gros bémol toutefois : la physique-chimie, avec une moyenne de 9,6/20. Étonnant car il réussissait plutôt bien dans cette matière jusque-là. "Cette année, il ne suffit pas d'apprendre le cours, c'est plus de la réflexion, et j'ai un peu de mal", explique-t-il à Isabelle Trellu. L'an prochain, Thibault veut aller en prépa intégrée d'écoles d'ingénieurs. Il cite ESME Sudria, l'ENSIM et l'EPF. Avec ses très bons résultats en mathématiques et en SVT (sciences de la vie et de la Terre), le projet est réalisable. "Mais il faut travailler encore plus et ne rien négliger", conseille l'enseignante.

Trop fatiguée pour faire ses devoirs

La difficulté à travailler à la maison semble être un problème partagé par plusieurs élèves. Emma, venue avec son père et qui a obtenu les encouragements du conseil de classe, l'avoue à sa professeure : "Parfois, je suis tellement fatiguée que je me couche sans faire mes devoirs". Avec une moyenne générale de 11,4/20, Isabelle Trellu estime que si ses résultats "ne sont pas catastrophiques, il faut qu'elle s'investisse davantage car son projet est ambitieux". Emma souhaite en effet passer, en février, les concours pour intégrer Sciences po.

L'emploi du temps très chargé en terminale scientifique est une des raisons de son épuisement. "Ils ont beaucoup de travail, c'est vrai, explique l'enseignante au père d'Emma. Ils n'ont même pas le mercredi après-midi pour se reposer et, en plus, votre fille suit l'option grec…" Tout en reconnaissant ces faits, le père avance un autre facteur : le rythme de vie d'Emma. "Je ne suis pas d'accord avec ses créneaux de travail à la maison, beaucoup trop tardifs. Il faut qu'elle se couche plus tôt." "Quand je m'y mets, je travaille bien mais le plus dur, c'est de s'y mettre", confie Emma.

"S'il veut faire médecine, il faut qu'il apprenne à travailler"

Devant les difficultés rencontrées par plusieurs élèves, la professeure de mathématiques des TS1 a mis en place un planning de travail en dehors des cours, en fonction de leur emploi du temps. Il permet aux lycéens de se projeter sur plusieurs jours, voire plusieurs semaines, et même de programmer des plages horaires réservées aux loisirs et à la détente. La plupart des TS1 reconnaissent l'utilité de ce planning. 

Mais pour Stefan, le manque de travail à la maison résulte aussi d'un problème de motivation. "Quand je rentre à la maison, si je me mets à travailler aussitôt, ça va. Mais si je commence par un loisir, c'est impossible de travailler après…" "Il est intelligent mais il a un défaut : il ne travaille pas assez !, explique Isabelle Trellu à la mère de l'élève. S'il veut faire médecine, il faut qu'il apprenne à travailler", ajoute la professeure principale, consciente "d'appuyer là où ça fait mal". À tel point que, malgré une moyenne générale de 11,4/20 convenable, il a frôlé l'avertissement au travail au conseil de classe. "Tu devrais avoir les compliments avec les facilités que tu as !", s'exclame l'enseignante. "Je les aurai au deuxième trimestre", promet alors Stefan. Emma, elle, a promis de "rattraper son retard pendant les vacances". En TS1, les bonnes résolutions pour la nouvelle année sont un peu en avance. Reste à les tenir !

L'Etudiant en immersion au lycée

Comment les élèves de terminale préparent-ils le bac ? Comment gèrent-ils leur orientation ? Cette année, l’Etudiant vous amène au lycée Paul-Doumer, au Perreux-sur-Marne (94). De septembre à juillet, vous serez au cœur de la TS1 et suivrez le parcours des 24 élèves de la classe, leur travail, leurs préoccupations, leurs envies, leurs peurs…

Lire aussi :

- L'épisode 1 de l'immersion au lycée
- L'épisode 2 de l'immersion au lycée
- L'épisode 3 de l'immersion au lycée
- L'immersion au collège
- L'immersion à Sciences po
- L'immersion en PACES

Le lycée Paul-Doumer du Perreux-sur-Marne

Cet établissement du Val-de-Marne (94), dans l'est parisien, accueille environ 700 lycéens et 300 étudiants en BTS (brevet de technicien supérieur). Le taux de réussite au bac est légèrement supérieur à la moyenne nationale, notamment en filière S avec 97 % de succès à l'examen.