1. Thibault Bornier, un nouveau président hyperactif pour l'association Droit des lycéens
Portrait

Thibault Bornier, un nouveau président hyperactif pour l'association Droit des lycéens

Envoyer cet article à un ami
Thibault Bornier est étudiant en 2e année de BTS fluide énergie domotique au lycée Hippolyte Fontaine à Dijon. // © Photo fournie par le témoin
Thibault Bornier est étudiant en 2e année de BTS fluide énergie domotique au lycée Hippolyte Fontaine à Dijon. // © Photo fournie par le témoin

VOUS FAITES L'ACTU. Récemment élu président de Droits des lycéens, Thibault Bornier ajoute une ligne à son long CV associatif. C’est en effet un jeune homme très investi qui a pris la tête de l’association lycéenne, pour un mandat d’un an chargé de projets.

À 19 ans, c’est un jeune homme très engagé qui a été élu nouveau président de l’association Droits des lycéens, en octobre 2019. Thibault Bornier est étudiant en 2e année de BTS "fluide énergie domotique" au lycée Hippolyte Fontaine à Dijon (21). Titulaire d’un bac pro technicien du froid et du conditionnement de l’air, sa scolarisation en lycée lui permet d’adhérer à l’association Droits des lycéens, et de s’y investir.

Un étudiant très investi

Membre de l’association depuis janvier 2019, il a rapidement gravi les échelons, intégrant sans attendre le conseil d’administration et la vice-présidence. "Je me suis beaucoup investi dans ce rôle de vice-président, notamment dans la hotline du bac 2019", raconte-t-il.

Lire aussi : Bac 2019 : dans les coulisses des permanences téléphoniques

Élu président de l’association après la rentrée 2019, il aura à cœur de mener plusieurs nouveaux projets : un partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, la rédaction d’un guide des droits lycéens ou encore une collecte de fonds visant à financer une nouvelle hotline pour le bac 2020.

"Je n’aime pas rester chez moi à rien faire"

Thibault Bornier n’en est pas à son premier mandat. Il est également président de l’association d’anciens élèves de son lycée précédent, en plus d’être investi au sein des Restos du cœur et d’une association chargée du fleurissement et des illuminations de Noël de son village natal du Jura. "Je n’aime pas rester cloîtré chez moi à jouer à la PS4, se justifie-t-il. D’ailleurs je n’ai pas de jeux vidéo". Il préfère volontiers "aller dehors à la rencontre d’autres personnes, les aider, [se] rendre utile".

Comme il est en dernière année de BTS, son mandat ne devrait durer qu’un an. Cela ne devrait pas l’empêcher de se donner à fond. Il a d’ailleurs tenu à saluer le travail effectué en six mois par son prédécesseur, Noah Lourenço de Gouveia.