1. Une année en terminale : à un mois du bac, les TS1 sont détendus
Reportage

Une année en terminale : à un mois du bac, les TS1 sont détendus

Envoyer cet article à un ami
Isabelle Trellu, la prof principale, aimerait voir les TS1 plus impliqués... // © erwin canard
Isabelle Trellu, la prof principale, aimerait voir les TS1 plus impliqués... // © erwin canard

IMMERSION AU LYCÉE. Épisode 7. Les TS1 du lycée Paul-Doumer du Perreux-sur-Marne (94) ne semblent pas vraiment inquiets par le bac qui se profile. Malgré la fin de la procédure APB et, pour certains, des concours à passer, l'heure est à la décontraction, même si la plupart d'entre eux ont entamé leurs révisions.

Le soleil colore les murs, les tee-shirts ont remplacé les pulls, les élèves de la TS1 rigolent, sont détendus... Comme un air de vacances… à un mois du bac ! Mercredi 10 mai 2017, dans la salle 7 du lycée Paul-Doumer du Perreux–sur-Marne (94), la plupart des futurs candidats ne semblent pas particulièrement préoccupés par l'échéance qui conclura leur scolarité au lycée. "Je ne suis pas stressée par le bac car je me suis rendu compte, avec le bac blanc, que pour ne pas l'avoir, il faut vraiment le vouloir !", estime Charlotte.

Lire aussi : Une année en terminale : "APB terminé, je suis allé au bac blanc au talent !"

Le son de cloche est le même chez Raed. "J'ai eu 11/20 au bac blanc sans réviser, alors je me dis qu'en travaillant, cela devrait le faire !" Pourtant, les enseignants ne rechignent pas à la tâche et insistent sur la difficulté de l'examen. "Le bac, ce n'est pas facile, on demande beaucoup de choses : connaître le cours et maîtriser la méthode, leur assène Isabelle Trellu, la professeure principale de la TS1. "En mai, nous sommes dans une sorte d'entre-deux, explique-t-elle. On a l'impression qu'ils ne travaillent pas en classe, que c'est un moment de flottement placé entre APB et le bac." "On est à un mois du bac et ils ne font rien en classe !", s'exaspère également Fabienne Boucher, enseignante de physique-chimie, en sortant de son cours avec les TS1.

Les concours d'écoles : une occasion de réviser

Ce mois de mai est aussi celui où certains élèves, à l'instar de Thibault, passent des concours. "Ces derniers temps, j'étais concentré sur mes concours des écoles d'ingénieurs. Mais je vais me reconcentrer sur le bac, même si réviser pour les concours m'a aussi fait réviser les maths et la physique-chimie", raconte-t-il. "J'ai même appris des chapitres de maths qu'on n'a pas encore vus", précise Raed, qui a lui aussi passé les concours d'écoles d'ingénieurs.

"Ils vont bientôt tous venir nous poser des questions !"

Si les élèves, globalement, ne sont pas stressés par le bac, cela ne les empêche pas d'avoir débuté leurs révisions. "Chaque soir, je travaille un gros chapitre et je change de matière tous les jours", raconte Johan, qui vise une "grosse" mention car "mon père me met la pression". Sabrine, qui avoue, elle, "appréhender un peu le bac" malgré ses excellentes notes tout au long de l'année, n'a pas eu le choix : son oral d'allemand est pour bientôt. "Mais j'ai aussi commencé à travailler d'autres matières avec les annales", précise-t-elle.

Les options participent ainsi à mettre les élèves dans le bain. "Le bac commence plus tôt pour nous qui passons l'option grec, souligne Morgane. J'essaie de réviser tous les jours et plusieurs matières même si, en ce moment, je m'occupe surtout du grec. Avec les DST (devoirs sur table) en plus, c'est chaud !" Charlotte passe également l'option "grec", ainsi que théâtre. Mis à part cela, elle compte se mettre à réviser vraiment "un mois pile avant le bac".

Isabelle Trellu a l'expérience de ces moments et cerne bien comment les prochaines semaines vont se passer : "Nous avons bientôt fini le programme, donc nous allons passer les prochains cours à réviser et tester des sujets de bac. Et si, actuellement, ils sont tranquilles,  fin mai – début juin, ils vont tous venir nous poser des questions !" L'enseignante trouve ainsi les TS1 "un peu trop confiants". Et de les prévenir : "Cela va être dur la fin de l'année : il va y avoir du soleil et vous allez devoir travailler !"

L'Etudiant en immersion au lycée

Comment les élèves de terminale préparent-ils le bac ? Comment gèrent-ils leur orientation ? Cette année, l’Etudiant vous amène au lycée Paul-Doumer, au Perreux-sur-Marne (94). De septembre à juillet, vous serez au cœur de la TS1 et suivrez le parcours des 24 élèves de la classe, leur travail, leurs préoccupations, leurs envies, leurs peurs…

Lire aussi :

L'épisode 1 de l'immersion au lycée
L'épisode 2 de l'immersion au lycée
L'épisode 3 de l'immersion au lycée
- L'épisode 4 de l'immersion au lycée
L'épisode 5 de l'immersion au lycée
L'épisode 6 de l'immersion au lycée

Le lycée Paul-Doumer du Perreux-sur-Marne

Cet établissement du Val-de-Marne (94), dans l'est parisien, accueille environ 700 lycéens et 300 étudiants en BTS (brevet de technicien supérieur). Le taux de réussite au bac est légèrement supérieur à la moyenne nationale, notamment en filière S avec 97 % de succès à l'examen.