1. Une année en terminale : "APB terminé, je suis allé au bac blanc au talent !"
Reportage

Une année en terminale : "APB terminé, je suis allé au bac blanc au talent !"

Envoyer cet article à un ami
Les terminales S du lycée Paul-Doumer planchent sur le bac blanc de physique-chimie // © erwin canard
Les terminales S du lycée Paul-Doumer planchent sur le bac blanc de physique-chimie // © erwin canard

IMMERSION AU LYCEE. Épisode 6. À un peu moins de trois mois du bac, les TS1 du lycée Paul-Doumer vivent une semaine particulière consacrée au bac blanc. La plupart d'entre eux admettent ne pas avoir beaucoup préparé les épreuves. La raison : les notes ne compteront pas pour les dossiers APB.

"Wah ! Comme c'était chaud !" À la sortie de l'épreuve de de physique-chimie, ce jeudi 23 mars 2017, Stefan n'en mène pas large. Pour lui, comme pour toute la classe de TS1 du lycée Paul-Doumer du Perreux-sur-Marne (94), la semaine est entièrement consacrée à un épisode inévitable de la vie d'élève de terminale : le bac blanc. Avec cette matière phare de la série scientifique, les élèves ont entamé leur avant-dernier jour d'examen, en attendant le "vrai" bac du mois de juin.

Lire aussi : Bac blanc : conseils pour réussir cette répétition générale

Répartis par ordre alphabétique dans quatre salles différentes, les TS1 devaient plancher de 8 h 30 à midi sur trois exercices : un de physique comptant pour huit points, un de chimie noté sur sept points et un autre alliant physique et chimie sur cinq points. 3 heures 30 d'épreuve donc, du moins au maximum. En effet, nombreux sont sortis de la salle plus tôt... Dès 10 h, en se baladant dans les couloirs, on pouvait entendre des élèves partager leur ressenti : "Sur les deux premiers exos, je n'ai répondu qu'à une question...", souriait jaune, l'un d'entre eux.

"J'ai mis la formule, j'aurai peut-être 0,25 point"

Deux heures après le début de l'épreuve, Charlotte sort à son tour de la salle 116. "C'était super compliqué !, explique-t-elle. J'étais totalement perdue. Je ne savais même pas qu'on avait fait ça en cours !" Logiquement, elle n'a pas beaucoup d'espoir sur sa note. "J'ai déjà huit points de perdus, sûr. Enfin, j'ai mis la formule, j'aurai peut-être 0,25 point..." Si, en général, ses résultats en physique-chimie ne sont pas excellents, ils ne sont pas mauvais non plus : sa moyenne, dans cette matière, tourne autour de 10/20. La raison de l'échec présumé au bac blanc est à trouver ailleurs : "Il y a un manque de travail de ma part, admet Charlotte. Je voulais voir ce que cela faisait d'y aller sans réviser..."

Charlotte n'est pas la seule dans ce cas en TS1. Chloé S., qui a terminé son épreuve vers 11 h 30, assure également n'avoir "pas énormément révisé". "Le bac blanc, c'est comme un devoir sur table", se justifie-t-elle. Les TS1 ont en effet un créneau de 3 heures 30 réservé, chaque mardi après-midi, pour ce type de devoir type bac. "Sauf que, là, le sujet tombe sur tous les chapitres et pas seulement sur celui que l'on vient de finir !", répond Chloé L.

"Ne vous inquiétez pas, ça ne compte pas pour APB !"

L'explication de ce manque d'investissement pour ce bac blanc fait l'unanimité : sa date. "Depuis lundi, on entend énormément la phrase : "Ne vous inquiétez pas, c'est pour le troisième trimestre. Cela ne compte pas pour APB !", raconte Charlotte. En effet, pour sélectionner les élèves, les établissements d'enseignement supérieur présents sur Admission-postbac ne prennent généralement en compte que les notes obtenues jusqu'au deuxième trimestre de terminale. Les résultats du bac blanc n'auront ainsi aucune influence sur les dossiers APB des élèves du lycée Paul-Doumer. "Ce bac blanc est mal placé, ils y vont un peu tranquille", reconnaît Isabelle Trellu, professeure principale des TS1.

Déceler ses lacunes

Raed, sorti au bout des 3 heures 30 de la salle d'examen, ne dit pas le contraire : "J'y suis allé au talent ! Je n'ai pas beaucoup travaillé car APB, c'est terminé. C'est vrai que les notes, quand ça compte pour APB, cela nous motive." "Mais tu ne travailles pas que pour les notes !, lui répond son enseignante. C'est dommage car le bac blanc peut être très utile, à condition que les élèves le préparent bien, pour voir les lacunes et retravailler les points sur lesquels ils ont des difficultés. D'autant que les exercices proposés sont assez fidèles à ce qu'ils auront en juin." En effet, les sujets sont en grande majorité tirés des annales des bacs des années précédentes.

Au final, ce bac blanc aura au moins eu le mérite de convaincre les élèves qu'il faudra travailler davantage pour l'examen final. "Je réviserai beaucoup plus, c'est sûr", assure Charlotte. "Je vais changer ma façon de travailler pour être prête", renchérit Chloé L. Raed, pour qui, jusque-là, "c'était objectif APB" compte faire de même. "Maintenant, ça va être objectif bac et concours d'écoles d'ingénieur". Mais pas que : "Je vise une petite mention pour faire plaisir à maman !"

L'Etudiant en immersion au lycée
Comment les élèves de terminale préparent-ils le bac ? Comment gèrent-ils leur orientation ? Cette année, l’Etudiant vous amène au lycée Paul-Doumer, au Perreux-sur-Marne (94). De septembre à juillet, vous serez au cœur de la TS1 et suivrez le parcours des 24 élèves de la classe, leur travail, leurs préoccupations, leurs envies, leurs peurs…

Lire aussi :
- L'épisode 1 de l'immersion au lycée
- L'épisode 2 de l'immersion au lycée
- L'épisode 3 de l'immersion au lycée
- L'épisode 4 de l'immersion au lycée
- L'épisode 5 de l'immersion au lycée

Le lycée Paul-Doumer du Perreux-sur-Marne
Cet établissement du Val-de-Marne (94), dans l'est parisien, accueille environ 700 lycéens et 300 étudiants en BTS (brevet de technicien supérieur). Le taux de réussite au bac est légèrement supérieur à la moyenne nationale, notamment en filière S avec 97 % de succès à l'examen.